Grand Besançon : les orientations budgétaires dans le cap du projet de territoire

Le 2 mars, le conseil communautaire de Grand Besançon Métropole a pris connaissance des grandes orientations financières de 2023. Un passage "obligé ?" avant le vote formel du budget primitif prévu le 13 avril.

503
Gabrile Baulieu, 1er vice-président de GBM, a présenté le 1er mars 2023 les grandes lignes des Orientations budgétaires soumises au vote du conseil communautaire du 2 mars ©YQ
Un budget de 346 M€ dans un contexte inédit

La crise sanitaire avait impacté de près de 14 M€ les budgets de 2020 et 2021. La crise énergétique et le retour de l’inflation n’ont pas permis un retour à la normal en 2022. L’exécutif de la Métropole bisontine entend, malgré les fortes incertitudes, maintenir le cap et poursuivre le projet de territoire.

L’exécutif métropolitain souligne que « la force de l’intercommunalité repose sur la notion de bloc local ». A l’écoute des propos échangés lors du conseil communautaire, on peut douter que cette force soit partagée par de nombreux maires de la périphérie !

Conseil communautaire houleux le 2 mars 2023 autour de la gouvernance de GBM ©YQ
100 M€ de dépenses d’investissement en 2023

Le projet de budget 2023 intègre la mise en œuvre « d’Action Grand Besançon », un plan actualisé en 2022 s’appuyant sur des projets structurants pour le territoire.

Les orientations budgétaires s’appuient en outre sur un plan pluriannuel d’investissement et de fonctionnement (PPIF) chiffré à  500 M€ jusqu’en 2026 (tous budgets confondus). Pour Ludovic Fagaut (Besançon Maintenant) « il s’agit d’un affichage. Le taux de réalisation des investissements ne dépasse pas 65% ».

2023 une nouvelle étape dans le projet de territoire

Le projet Synergie-Campus est doté de 17,6 M€ en 2023 alors que l’Université de Franche-Comté fête cette année ses 600 ans.

Les travaux de la Grande Bibliothèque débuteront fin 2023 après quelques atermoiements idéologiques.

L’investissement sur les mobilités douces s’accélère avec la réalisation de 6 pistes cyclables en 2023, des études à hauteur de 900 000€ dans les plans piétons, les zones à faibles émissions (ZFE), le covoiturage et les parkings relais. Des travaux dont Ludovic Fagaut conteste parfois l’intérêt au détriment de la circulation routière « Besançon devient un enfer pour la circulation, beaucoup d’automobilistes n’ayant pas d’autres moyens de locomotion pour les trajets domicile-travail ».

200 000 € pour les études nécessaires à la réhabilitation de la City, le siège de GBM, ont été inscrits au budget.
Des économies d’énergie

200 K€ sont inscrits en 2023 pour les études nécessaires à la réhabilitation de la City, un programme essentiel dans ce bâtiment d’entrée de ville dégradé et obsolète. GBM entend également accompagner les communes dans l’extinction de l’éclairage public. 1,4 M€ d’investissements sont consacrés en 2023 au renouvellement et l’optimisation de cet éclairage en zone urbaine et périurbaine.

Le réseau de chaleur va être étendu sur Besançon sur le secteur Ouest, la ZAC Lafayette, vers le lycée Jules Haag et la Grette pour un budget de 4,2 M€. Enfin, GBM est partenaire d’un grand complexe photovoltaïque sur la commune de Chalezeule, d’une puissance de 3 MW.

Développement économique et touristique

GBM entend poursuivre l’optimisation des zones d’activités. 1,5 M€ sont consacrés en 2023 à Temis Microtech et Temis Santé mais également la zone de l’Echange et l’espace commercial des Marnières.

Sur le développement touristique, Grand Besançon renforce le soutien à la Citadelle, au Musée des Maisons comtoises et le renouvellement de la base de loisirs d’Osselle-Routelle. Pour Ludovic Fagaut, « ces actions sont positives mais l’attractivité touristique du territoire bisontin manque le vision ».

Stratégie financière confirmée en 2023

En matière de dépenses, l’année 2023 sera marquée par une hausse des dépenses d’énergie de 2,5 M€ compensée en partie par un plan de « sobriété énergétique ». La masse salariale des 1 459 agents de la collectivité augmente de 2 M€, due en grande partie à la décision nationale de dégel du point d’indice des fonctionnaires. L’inflation va impacter les dépenses communales en 2023 ; elle est conjuguée à la raréfaction de certaines matières premières. Enfin, la baisse de tarification des transports en commune décidée en 2022 augmente de 900 K€ la subvention d’équilibre du budget annexe transports.

S’agissant des recettes, la part de recettes de TVA augmente, ainsi que le produit des taxes sur les locaux d’habitation et locaux industriels, lié à l’actualisation forfaitaire de 7,1% des bases votée par la loi de finances 2023.

Grand Besançon Métropole, comme toutes les collectivités locales, s’inquiète des objectifs de l’Etat sur les dépenses de fonctionnement.

Tous budgets cumulés, les dépenses seraient en 2023 de 360,8 M€, réparties entre 243,7 M€ de dépenses de fonctionnement et 117,1 M€ de dépenses d’investissement. A périmètre constant, le budget augmente de 14,1 M€.

Yves Quemeneur