Haut-Doubs. À Arçon, nouveau coup de théâtre pour les tilleuls

Quelques jours après la décision du tribunal administratif de suspendre l'abattage des 15 tilleuls, la commune a discrètement déposé une nouvelle autorisation de travaux, à nouveau validée par la Préfecture. Une situation incroyable pour l'association " Nature et Patrimoine" qui s'est aussitôt empressée de ressaisir la justice.

506
L'avenir des tilleuls sera à nouveau scellé le 9 mars

Il y a de la stupeur et de l’incompréhension chez Christine Stumpf, présidente de l’association « Nature et Patrimoine » à Arçon. Elle pensait le feuilleton des tilleuls terminé et leur sauvetage acquis, après la décision administrative de suspendre l’autorisation préfectorale pour abattre 15 arbres. Fin janvier, le tribunal avait évoqué « un doute sérieux quant à la légalité de la décision contestée » alors qu’une formation collégiale devait se réunir dans quelques mois (date non confirmée) pour se pencher sur le fond.

« Tout est fait en catimini »

Depuis deux semaines pourtant, une nouvelle demande d’autorisation d’abattage, toujours pour 15 arbres et validée par la préfecture, est affichée devant le lieu du chantier prévu. « Nous avons vraiment eu peur que les travaux démarrent très rapidement sans que l’on ne puisse réagir. Les élus et la préfecture se sont réunis discrètement pour remonter un dossier quelques jours après la décision du tribunal, nous n’avons évidemment pas été concertés. Depuis le 24 janvier, nous demandons une médiation pour s’accorder sur ce projet. Tout est fait en catimini. », se désole Christine Stumpf qui n’hésite pas à tacler les arguments de la commune. « Ils souhaitent abattre ces arbres par « sécurité ». Les précédentes expertises montrent que 2 d’entre eux sont dangereux et récemment avec les vents violents des arbres ont été arrachés. Étrangement, aucun tilleul n’a bougé. »

Un nouveau recours étudié le 9 mars 

L’association Nature et Patrimoine a donc déposé un nouveau recours en référé au tribunal le 25 février. La réponse devrait être connue ce jeudi 9 mars, en fin de matinée. Contactée, la Préfecture se refuse à tout commentaire sur ce dossier. Nous avons également tenté de joindre le maire d’Arçon, Fabien Henriet, en vain.