Haut-Doubs. Deux plaques commémoratives en souvenir des combats aériens de juin 1940

Passionné d'histoire locale, Marcel Dichamp, habitant de la Rivière-Drugeon a entrepris de gros travaux de recherches sur les combats aériens de juin 1940, résumés en deux plaques commémoratives.

246
Marcel Dichamp a recréé l'avion du Capitaine Accart en miniature. Les deux plaques ici en photos, sont installées sur les lieux de crash des avions.

Le mois de juin est habituellement réservé à la traditionnelle commémoration de l’appel du général Charles De Gaulle lancé depuis Londres aux troupes françaises. Dans le Haut-Doubs, certains habitants de La Rivière-Drugeon, Dompierre-les-Tilleuls ou encore Frasne se souviennent également d’un autre événement : les combats aériens de 1940. Passionné d’histoire locale, Marcel Dichamp travaille depuis plus de vingt ans autour de ce fait marquant pour la vie des habitants du Haut-Doubs.

Deux combats avant l’arrivée des Allemands

« Le 1er juin nous sommes encore dans la drôle de guerre, les gens se posent des questions et voilà que deux combats aériens ont lieu au-dessus de leur tête. Le premier est mené par deux groupes de chasses français qui poursuivent un avion allemand, un Ju88. Touché, celui-ci est obligé d’atterir dans le marais du Gouterot à la Rivière-Drugeon. Il y avait trois soldats allemands à l’intérieur qui ont tenté de fuir en Suisse. Mais les habitants de Bannans et la Rivière les ont attrapés. Certains anciens avaient connu la guerre de 14-18 et se sont vengés sur eux ! Ensuite ils ont été livrés à la gendarmerie puis enfermés à Besançon. Deux semaines plus tard, les Allemands envahissent la France et les habitants se sont planqués pour éviter des représailles. », explique Marcel Dichamp.

Le Capitaine Accart héros miraculé

Toujours le 1er juin, pendant que les habitants locaux capturent les Allemands, ils voient un autre combat se dérouler. Le Capitaine Accart vole soutenir deux autres pilotes français en combat face à un escadron allemand. Dans la bataille, le capitaine touche un Heinkel 111 mais se blesse également. Son ennemi est abattu par le Sergent Perina tandis que le Capitaine Accart, inconscient, atterrit en parachute à Frasne où il est sauvé par la population. Son avion s’écrasera à Dompierre-les-Tilleuls. Le sergent Perina termine la mission en abattant les deux derniers avions de la Luftwaffe.

Cette année, Marcel Dichamp a donc décidé d’apposer deux pancartes explicatives aux deux endroits de crashs d’avions pour pérenniser la mémoire d’un fait historique et unique du Haut-Doubs.

M.S