Haut-Doubs. Jean-Luc Courtet : « la saison fut exceptionnelle, à tous les niveaux »

À l’heure de tirer un bilan du CA Pontarlier, l’entraîneur savoure la réussite du club sur et en dehors du terrain. Tout en gardant en tête une préparation estivale qui s’annonce intense.

718
Jean-Luc Courtet. Photo Martin Saussard

Quelle autre issue aurait-pu rendre plus heureux Jean-Luc Courtet et le CA Pontarlier ? Une montée en N2 de l’équipe fanion ? Même pas sûr. L’entraîneur garde en mémoire le fonctionnement beaucoup trop complexe de la saison 2018/2019 avec une poule Sud poussant le club et les joueurs à de trop nombreux sacrifices pour un rythme bien loin de ce que recherchent les pontissaliens. D’autant plus qu’avec les réformes en cours, la poule de N3 se durcit année après année. « On va retrouver le niveau de la CFA2 à l’époque. Sans faire offense aux clubs des dernières années, la poule de N3 était beaucoup plus faible. L’an prochain déjà on devra vraisemblablement affronter 8 ou 9 clubs avec des budgets supérieurs au notre (environ 600 000 €, quand le Racing Besançon par exemple, présente un portefeuille d’1,5 million d’€, ndlr) », commente Jean-Luc Courtet, dont les réflexions portent déjà sur le renouvellement de l’effectif de l’équipe fanion et réserve. Les trois descentes régionales (Auxerre 2, Mâcon et le Racing Besançon) couplées aux ambitions de Jura Dolois, Louhans-Cuiseaux ou encore Gueugnon, autant de rencontres où Pontarlier ne part pas, sur le papier, avantagé.

Renaudin s’en va, le retour de noms bien connus

Stabilité et formation restent les maîtres mots au CAP. « On préfère pousser un jeune à qui il manque peut-être encore un petit truc pour la N3 plutôt que d’aller chercher un joueur à l’extérieur qui n’apportera pas grand-chose de plus. », poursuit l’entraîneur. S’il faudra attendre le 15 juillet pour connaître l’effectif fixé, deux ou trois départs seulement sont prévus pour l’équipe fanion, compensés par des arrivées pour certaines déjà actées. Il y a bien sûr l’envol de Jordan Renaudin du côté de Rumilly-Vallières, champion l’an passé avec qui le pontissalien va découvrir la N2. « C’est une très belle chose pour lui, Rumilly est une bonne structure pour lui permettre de voir plus haut. Même si sa saison 2022/23 était déjà très bonne il voulait confirmer avec nous cette année avant d’aller voir ailleurs. On lui souhaite tout le meilleur du monde maintenant et bien sûr, il aura toujours une place chez nous s’il veut revenir dans quelques années ! », confie Jean-Luc Courtet, qui compte bien s’appuyer sur Julian Dromard et le retour de Julien Chapit pour palier à ce départ. Pisté par d’autres clubs voisins, Sabri Hattab est pour l’instant annoncé au CAP l’an prochain. Derrière, le potentiel départ d’Idir Amin dont le retour en région parisienne devrait être confirmé, sera vraisemblablement compensé par un nom déjà connu à Pontarlier. Des négociations sont en cours avec Valentin Revoy (Jura Dolois).

Maintenir tout le monde

« On aura aussi 12 arrivées pour l’équipe réserve », sourit l’entraîneur. L’équivalent des U18 qui passent en senior à la rentrée. Les deux équipes réserves retrouvent la R1 et R2. Avec les réformes annoncées et 5 à 6 descentes par championnat, le maintien concerne tout le monde. « Ça fait un peu Guy Roux de toujours dire ça mais encore une fois c’est la réalité. Bien sûr, il y aura aussi la Coupe de France. Après ce que l’on a vécu cette année, on en rêve à nouveau et on le doit aussi à nos supporters. »