Haut-Doubs. Les Acteurs de l’inclusion aident les enfants différents

Les parents d’élèves souffrant de troubles du neurodéveloppement impactant leurs apprentissages savent à quel point la scolarité peut s’avérer compliquée. Le numérique peut-être une aide précieuse, encore faut-il savoir l’utiliser efficacement.

2040
Laurence Rio et Sonia Stalens se sont appuyées sur leur situation personnelle pour créer cette structure.

 

Laurence Rio et Sonia Stalens, de Villers-le-Lac, sont toutes deux mamans d’enfants atteints de troubles du neurodéveloppement. Pour leur permettre de poursuivre une scolarité classique, leurs enfants se sont vus prescrire il y a quelques années l’utilisation d’un ordinateur pour les aider. Très vite, elles comprennent que la solution n’est pas satisfaisante et qu’il manque un système formatif pour la prise en main de l’ordinateur. Elles décident de créer leur structure, les Acteurs de l’inclusion. « Il s’agit d’un centre de formation agréé en ligne proposant des formations à l’utilisation de l’outils numérique pour favoriser l’apprentissage scolaire » expliquent-elles. Leurs interventions s’adressent aux élèves souffrant de troubles tels que la dyslexie, la dysgraphie, la dyspraxie ou encore la dyscalculie mais aussi de troubles du déficit de l’attention, y compris en cas d’hyperactivité, et enfin les enfants atteints de troubles du spectre autistique.

« Nous intervenons en complément de la prescription médicale de matériel informatique pour que cet outil soit bien utilisé ». Il n’est en effet pas rare que faute d’un accompagnement, l’ordinateur ou la tablette finisse au fond d’un placard. « L’objectif est qu’à l’issue de la formation, les enfants soient capables d’appréhender les logiciels adaptés pour compenser et contourner les difficultés scolaires ».

Cette autonomie nécessite une formation d’une dizaine d’heures abordant différents modules, réparties sur 6 semaines, en distanciel et par petits groupes de 3 ou 4 enfants. « Nous finalisons ensuite de façon individuelle ». Une formation qui a un prix, 245€, le prix pour permettre à un enfant de contourner un problème pénalisant au quotidien « afin qu’il ait la capacité de restituer son savoir comme les autres, sans besoin d’un intervenant externe ».