Haut-Doubs. Les mouvements de la terre font de plus en plus trembler

Pas de psychose en vue et pourtant. Les événements sismiques semblent se multiplier ces dernières années, semblant rappeler que le secteur n’est pas à l’abri d’un épisode plus important.

615
Le lit du Doubs garde les stigmates du tremblement de terre de Bâle.

Il y a quelques jours, le Pays de Maiche ressentait une fois encore les secousses d’un tremblement de terre dont l’épicentre a été localisé dans le Pays de Montbéliard, sur le plateau du Lomont. L’événement est moins d’être une première. Non seulement il était le troisième en quelques semaines mais les sismologues constatent que le phénomène devient récurrent depuis trois ans. Avec une intensité de 4 sur l’échelle de Richter, il n’y a pas lieu de paniquer pour autant. On est en effet loin des chiffres atteint lors de grandes catastrophes, 7,8 par exemple lors du dernier tremblement de terre meurtrier en Turquie. Le big one tant redouté en Californie ne semble donc pas se profiler à l’horizon pour les francs-comtois même si les spécialistes n’excluent pas d’autres séismes dans les mois et années à venir avec une magnitude qui pourrait atteindre 5.

L’histoire nous invite pourtant à l’humilité… le tremblement de terre historique de Bâle en Suisse voisine en 1356 a en effet laissé des traces sur le plateau de Maiche notamment le long du Doubs. Des pans entiers de la montagne qui surplombe la rivière se sont produits du côté de Charmauvillers. Des blocs énormes qui depuis des siècles sont visibles comme au bief d’Etoz, là où se sont installé plus tard les maîtres-verriers ou encore dans la vallée de la mort au pied des échelles du même nom. En quelques secondes il y a presque 700 ans, la nature a montré qu’elle n’avait aucune frontière et a rappelé l’homme à sa petitesse face aux éléments. Même si l’échelle de Richter n’existait pas encore mais plus tard, les experts estimeront à 6,9 l’importance de cet épisode.