Le Parti communiste du Doubs appelle à voter pour Emmanuel Macron le 19 juin

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 14 juin, le Parti communiste salue le bon score obtenu par la Nupes dans les deux circonscriptions de Besançon, plaçant Séverine Vezies et Stéphane Ravacley en tête à l’issue du premier tour.

183

« La bonne nouvelle de ce premier tour vient du résultat des candidats de la Nupes et parmi eux des candidats communistes… » stigmatisant le faible score des partis soutenant le président de la République avec 25,8% « le plus faible résultat pour une coalition présidentielle ».

Pour les communistes du Doubs, ce résultat « témoigne de la crise politique profonde que traverse notre pays, notamment du rejet de la politique d’Emmanuel Macron…L’abstention record à 52,49% progresse de 10 points en dix ans. C’est le résultat du rejet des politiques conduites par les pouvoirs successifs, singulièrement sous le quinquennat d’Emmanuel Macron… »

« Dimanche prochain, le président de la République peut et doit être mis en minorité à l’Assemblée Nationale ».

Tout en demandant la forte mobilisation des électeurs de gauche le 19 juin pour faire gagner Séverine Vézies sur la première circonscription et Stéphane Ravacley sur la seconde, le conseil départemental du Parti communiste du Doubs conclut son communiqué :  » En obtenant 24% et plus de 5,4 millions de voix, l’extrême droite atteint son plus haut niveau pour un scrutin législatif depuis la Libération. Alors que plusieurs dizaines de ses candidats sont aux portes de l’Assemblée, tout doit être fait pour leur barrer la route. Dans la 3ème et la 4ème circonscription du Doubs, le PCF appelle à utiliser les bulletins de vote qui permettront de les battre dimanche prochain… »

Clairement, le Parti communiste du Doubs appelle donc à voter pour Nicolas Pacquot et Frédéric Barbier, les deux candidats prêts à voter pour la retraite à 65 ans et la régression du pouvoir d’achat des français…Difficile de comprendre les circonvolutions des cerveaux politiques, quelles que soient les écuries pour lesquelles ils courent !

Yves Quemeneur