Les « Jeux Plasmathlétiques » 2024 font étape à Besançon

Le don de plasma est un enjeu important de santé publique. L’Etablissement Français du Sang (EFS) de Bourgogne Franche-Comté a souhaité porter cet enjeu à l’approche des Jeux Olympiques en incitant les habitants de la région à s’engager plus fortement. La Goutte Plasmathlétique était à Besançon le 13 mai à la Maison du don

696
Eric Monnin, Directeur du Centre d'Etudes et de Recherches olympique, porteur de la flamme Paris 2024, ambassadeur des "Jeux Plasmathlétiques" et Fanny Delettre, Directrice de l'EFS Bourgogne Franche-Comté lors du lancement de l'opération le 13 mai 2024 à la Maison du Don ©YQ
Établir le record du nombre de donneurs dans la région

La Bourgogne Franche-Comté est réputée pour être un territoire où le don de sang est dynamique. On y recense 5% de donneurs réguliers contre 3,5% en moyenne en France. Seulement 1% de la population bisontine fait un don de plasma. L’EFS invite les bisontins à relever le défi de la solidarité.

Assurer la souveraineté sanitaire dans le cadre d’un modèle éthique de don

L’EFS assure 100% des besoins en transfusion sur le territoire national. C’est essentiel au cours d’opérations chirurgicales complexes, d’accidents de la route voire d’attentats.

Par contre, elle ne remplit que 35% des besoins en médicaments dérivés du plasma. Pourtant, la matière première pour fabriquer de plus en plus de médicaments innovants, est une ressource illimitée qui coule en chacun de nous !

Le don du sang et de plasma répond en France à un modèle éthique basé sur la gratuité du don. En augmentant le don de plasma en France, chaque citoyen peut contribuer à éviter la marchandisation des éléments du corps humain…incitation importante alors que l’on parle de location du ventre ou de l’achat d’enfants !

« Donnons au sang le pouvoir de soigner »

Dans la présentation des objectifs des « Jeux Plasmathlétiques », Fanny Delettre, la Directrice de l’EFS Bourgogne Franche-Comté, a permis à la maman de Tiago de témoigner du parcours de soins de son jeune enfant. Diagnostiqué à 4 mois d’un cancer en 2022, le nouveau-né est passé par de très nombreuses périodes de transfusion avant de bénéficier d’une greffe de moelle osseuse. Aujourd’hui âgé de 2 ans, le jeune garçon doit sa survie au don de sang et de plasma : la démonstration de l’utilité du don pour sauver des vies.

Comment participer ?

Chaque citoyen peut faire un don de sang. L’EFS récupère les globules rouges, les plaquettes et le plasma, ces trois composants utiles aux transfusions et à la fabrication de médicaments. On peut également faire un don de plasma, un prélèvement plus long réalisé dans chaque Maison du don qui permet de récolter 3 plus de plasma que dans un don de sang.

Pour plusieurs raisons, certaines personnes ne peuvent donner ni leur sang, ni leur plasma. Mais rien n’empêche d’en parler autour de soi et inciter famille, amis ou collègues de travail à venir donner.

Les objectifs sont faciles à atteindre : passer de 2,5 dons de plasma/donneur à 3 à Besançon, il suffit de donner et d’en parler autour de soi. C’est aussi le but toute l’année des « Jeux Plasmathlétiques ».

+ d’infos sur dondesang.efs.sante.fr

 

Yves Quemeneur