Les Vœux d’Anne Vignot aux Grands bisontins le 13 janvier au Kursaal

L’année 2023 est une nouvelle étape. Pour la présidente-Maire, les vœux de cette année ont un parfum agréable après ses deux premières années de mandat, confinées et virtuelles

171
Anne Vignot était entourée de Gabriel Baulieu 1er vice-président de la Métropole et des élus communautaires de Grand Besançon pour présenter ses voeux à la population bisontine le 13 janvier 2023 au Kursaal ©YQ

Ni un catalogue à la Prévert de toutes les actions entreprises, ni un exercice d’autosatisfaction, Anne Vignot a surtout axé son intervention sur les dangers qui guettent cette nouvelle année : après la crise sanitaire dont la sortie est encore fragile, la crise géopolitique entre l’Ukraine et la Russie, la crise énergétique qui fragilise le pouvoir d’achat et la rentabilité des entreprises, la crise de l’emploi qui conjugue un manque de main d’œuvre et des chômeurs encore plus éloignés de l’emploi, la crise climatique…ah oui la crise climatique qui est la mère de tous les maux !

Un avenir qui reste sombre

La Maire de Besançon a tenté…de montrer la richesse des Hommes et des entreprises de ce territoire si fertile en innovation. Maire écologiste, elle a souhaité un territoire « zéro artificialisation nette », elle a formé le vœu « d’une ville qui se construit sur la ville », de l’usage immodéré du vélo et de la marche à pied !

Tout en souhaitant l’arrivée de nouvelles entreprises dans un écosystème qui « pense le monde de demain »…tout en oubliant le monde d’aujourd’hui.

On aura retenu que la Présidente-Maire de Grand Besançon Métropole ne forme pas de vœu particulier pour la réalisation du contournement de Besançon entre Beure et Micropolis, un sujet qui a pourtant fait consensus au sein du Conseil communautaire…Chassez le naturel, il revient au galop !

Au final une Maire qui a su mettre en avant les atouts du territoire bisontin et qui a oublié, l’espace de quelques paragraphes, le dogmatisme de certains de ses amis !

La Citadelle, animée efficacement, a retrouvé ses visiteurs d’avant-Covid. Le quartier de Planoise, après quelques atermoiements, retrouve le couple gagnant prévention/fermeté. Le commerce du centre-ville reprend des couleurs avec un taux de vacance au plus bas. Des entreprises fleurons dans leur domaine, une université, l’une des plus anciennes de France, qui fête ses 600 ans !

La Maire craint une récession économique en 2023 ! Est-ce pour mieux démontrer que Besançon a des atouts qui lui permettront de passer ce nouveau cap difficile.

Elle a essayé de convaincre….ma foi avec un certain talent !

Yves Quemeneur