Loue Lison, une nouvelle communauté professionnelle territoriale de santé

Le 29 juin, la Caisse Primaire d’Assurance maladie du Doubs, l’Agence Régionale de Santé et la Communauté de Communes Loue-Lison, ont officialisé la création de cette communauté territoriale de santé.

212
Mutualisation des compétences et amélioration de la prise en charge des patients

Il s’agit de mieux organiser les soins sur ce territoire rural en fonction des besoins de la population, améliorer les conditions de travail des professionnels de santé et mieux structurer les parcours de soins.

Dans le cadre du contrat local de santé au sein de l’hôpital d’Ornans, des groupes de travail ont engagé une réflexion sur la création d’une CPTS dès 2019. La crise sanitaire de deux dernières années a démontré la pertinence d’une meilleure organisation et l’action collective des professionnels en matière de vaccination et de dépistages.

Trois axes de travail pour cette communauté de santé

Il s’agit d’améliorer l’accès aux soins en facilitant le recours à un médecin traitant. Les patients de plus de 16 ans n’ayant pas de médecin traitant doivent pouvoir accéder aux soins, en particulier les personnes fragiles (affection de longue durée, patients âgés ou en situation de précarité).

La mission permet aussi d’organiser le parcours pluri professionnel autour du patient : maintenir à domicile les personnes âgées, éviter les ruptures de soins et organiser des parcours dédiés aux patients diabétiques. Troisième axe, la prévention : faciliter la promotion des dépistages de cancers et favoriser toutes les vaccinations.

La Communauté Territoriale de Santé Loue-Lison regroupe 50 professionnels de santé (généralistes, pharmaciens, dentistes, infirmiers, kinés, orthophonistes, psychomotricienne, diététicienne, pédicure, psychologue…) et personnels des établissements hospitaliers d’Ornans et de Quingey.

Un travail collaboratif est enfin engagé avec les structures médico-sociales du territoire (EHPAD, ESAT, IME…) et hospitalières (CMP de Novillars ou maison de l’adolescent…).

Yves Quemeneur