Construire des passerelles pour mieux s’intégrer

Marie-Guite Dufay, présidente de Région a choisi le CRIF Formation et Conseil pour faire ses voeux. Une association qui accueille et accompagne chaque année des étrangers souhaitant s'intégrer et trouver une vie en France.

286
Marie-Guite Dufay, la présidente de Région a été à la rencontre des stagiaires du CRIF Formation et Conseil de Besançon. ©YQ
« Nous sommes là pour construire des passerelles ». C’est avec ces mots que Marie-Claude Mullot, la présidente de CRIF Formation & Conseil a accueilli Marie-Guite Dufay, la présidente de région venue souhaiter ses vœux à des stagiaires étrangers allophones en formation dans l’association.
Une association créée en 1984

Elle est le prolongement de l’association « Julienne Javel » dont le but est l’insertion sociale et professionnelle des personnes en précarité dans le Doubs.

L’équipe de CRIF Formation et Conseil, installée au 4 rue des Granges à Besançon développe aujourd’hui des actions de formation professionnelle, mais également des bilans de compétences et d’orientation, en collectif ou en accompagnement individuel.

La présence de Marie-Guite Dufay n’était pas fortuite. La Région a la compétence dans la lutte contre l’illettrisme. Elle finance le Dispositif de Formation Linguistique (DFL) pour les étrangers souhaitant vivre et travailler en France.

Lutter contre les inégalités linguistiques

Le CRIF Formation offre des parcours de formation à la langue française pour des primo-arrivants quel que soit leur statut. Toutefois, les stagiaires sont obligatoirement passés par l’OFII (Office Français de l’immigration et l’insertion) où ils ont reçu une première formation de français. Ces étrangers ont des visas en règle et viennent en France pour y travailler !

Formés au français professionnel, les stagiaires du CRIF sont albanais, ukrainiens, russes ou angolais. A écouter leur parcours de vie, leur formation dans le pays d’origine, ils ont en commun la même envie de s’intégrer en France pour travailler et y construire leur vie.

Diana, réfugiée russe, est à Besançon depuis 4 ans. Elle possède désormais une bonne maîtrise du français et souhaite s’intégrer dans le monde du secrétariat grâce au Dispositif d’Accès à la Qualification ©YQ

C’est le cas par exemple de Diana, réfugié russe en France depuis 4 ans. Cette jeune femme parle déjà un français très fluide et envisage un travail dans l’accueil et le secrétariat au travers du DAQ (Dispositif d’Accès à la Qualification) proposé par le CRIF.

La démonstration, s’il en était besoin, que le débat sur plus ou moins d’immigration n’est pas le bon sujet. Les étrangers qui viennent en France avec la seule envie de travailler doivent être accueillis, formés et intégrés…voire assimilés. C’est bien cette population que le CRIF forme avec succès.

Yves Quemeneur