Remettre les femmes au cœur des Hommes

Chaque année, le 25 novembre, les associations qui viennent en aide aux femmes victimes de violences, font la une des journaux. Il existe aussi des associations, des réseaux ou des collectifs, moins médiatisés et tout aussi efficaces. Hebdo25 est allé à la rencontre de deux d’entre elles.

626
« SOROPTIMIST » une ONG méconnue de 72 000 membres

Club-service au même titre que le Rotary ou le Lion’s, Soroptimist International est « une voix universelle des femmes » aime le rappeler Caroline Demey la présidente européenne de l’association. « Femmes au service des femmes », le club-service travaille à l’éducation et l’autonomisation des femmes en les soutenant financièrement dans leurs études ou en accompagnant les femmes créatrices d’entreprises (chaque année, un prix SOROP est décerné lors du concours « entreprendre au féminin« .

Forte de plus de 2 200 membres en France au travers de 108 clubs, Soroptimist s’implique bien entendu dans la lutte contre les violences faites aux femmes. Le club n’entend pas utiliser l’arme du « féminisme » pour opposer les sexes. La mission des femmes Soroptimist consiste à aider les victimes dans l’identification des comportements toxiques ou agressifs, tant à l’intérieur de la cellule familiale qu’à l’extérieur. En identifiant ces comportements en amont, il est plus facile pour la victime potentielle et ses proches de prendre les mesures appropriées et apporter une aide.

« L’enthousiasme partagé est contagieux »

Toutes les causes sont bonnes à défendre dès lors qu’il y a de l’enthousiasme à entreprendre et à aider. Soroptimist ne défile pas avec des pancartes. Le club agit dans le quotidien des femmes en souffrance.

Catherine Comte-Deleuze est la déléguée de Soroptimist Besançon et c’est Marie-Claire Waille qui en est présidente locale jusqu’en 2025. Elle peut faire sienne la phrase de Caroline Demey la Présidente européenne de l’association « Quand vous enthousiasmez les autres avec ce que vous entreprenez, impliquez-vous à fond. Ne vous arrêtez pas à mi-chemin ; vous le devez aux personnes qui se sont associées à vos efforts et vous le devez aussi à vous-même ».

LA CAUSE DES FEMMES

La Cause des femmes a pour ambition de protéger et soutenir les femmes dans leurs combats pour la reconnaissance de leurs droits. Jeune association créée en 2017 pour servir de porte-voix à toutes les initiatives défendant la Cause des femmes, l’association atypique compte 30% d’hommes dans ses adhérents et est parrainée par des personnalités comme Elisabeth Badinter ou Pierre Arditi.

Créée par des citoyennes et des citoyens du bassin alémanique franco-genevois qui partagent des valeurs humanistes, l’association soutient la défense des droits humains et oeuvre contre toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes partout dans le monde.

L’association a commencé à se faire connaître en organisant chaque année un festival dont le point d’orgue est un concours international de plaidoirie ouvert aux étudiants en droit des universités de Genève et de Chambéry.

Le 1er octobre 2022, « La Cause des Femmes » organisait la sixième édition de son concours international de plaidoirie dans lequel 6 étudiants étaient amenés à plaider sur le thème « La contrainte est-elle la seule voie pour s’approcher, voire atteindre, l’égalité Femmes-Hommes ? » Vaste sujet.

Depuis 2019, le concours est principalement animé par Elise Baygin, une jeune juriste bisontine très remarquée lors des dernières élections municipales dans la capitale comtoise et qui fut lauréate en 2021 du concours de plaidoirie en défendant le sujet « Peut-on attenter au corps pour des raisons cultuelles, culturelles, philosophiques ou politiques ? »

Pour cette bisontine, l’évolution des mœurs ne sera possible qu’en confrontant les esprits à leurs propres contradictions. « Seule la force des mots le permettra »!

Elise Baygin conclut « Lorsque les plaideurs terminent leurs joutes passionnées, demeure un sentiment de fierté, celui d’avoir levé sa voix, la faire résonner dans le cœur de chacun pour convaincre de la juste Cause des Femmes ».

Tous les moyens sont bons pour travailler à l’équilibre harmonieux entre femmes et hommes. Ce n’est pas une question politicienne mais une œuvre politique majeure. Depuis l’histoire de la pomme, les hommes craignent pour leur masculinité ; Quelques millénaires plus tard, il convient de ne pas passer d’un extrême à l’autre.

Jean Ferrat l’a chanté « Le poète a toujours raison, qui voit plus haut que l’horizon…je déclare avec Aragon la femme est l’avenir de l’homme » !

Yves Quemeneur

Contact SOROPTIMIST – Catherine Comte-Deleuze – www.soroptimist.fr

Contact LA CAUSE DES FEMMES – www.lacausedesfemmes.org