Le dernier au revoir de Jean-François Colombet

Le préfet du Doubs quitte la région en cette fin janvier 2024. Le 25 janvier, il avait convié élus, fonctionnaires et partenaires de l’Etat dans les locaux de "la plus belle préfecture de France"

819
Jean-François Colombet était ému de quitter Besançon et le Doubs au terme de 30 mois d'un mission active ©YQ

Après 30 mois à Besançon, Jean-François Colombet « a compris et agi pour accompagner ce territoire que je ne connaissais pas. J’ai aimé les gens du Doubs, leurs qualités humaines et professionnelles. Je suis sincèrement ému au moment de vous quitter ». Il ne laisse pas que des amis. L’homme est « cash » et met sous pression ses collaborateurs. Pourtant tous lui reconnaissent une volonté d’action, un sens aigu du dialogue et de l’écoute…même si parfois, il choisit ses interlocuteurs !

Du côté des élus du territoire, il a convaincu

Le Doubs a été le département le plus en avance dans le financement des fonds verts. Quelques mois entre la présentation d’un dossier et son financement effectif…les maires, les présidents de communautés de communes ou le département…ils ont tous salué sa réactivité. Pareil pour la gestion de l’eau. Le plan rivières karstiques est désormais en route. Il a su écouter et financer tout en sachant être ferme sur certains pollueurs récidivistes. Sa main n’a pas tremblé sur les assignations et les poursuites.

Au final, au terme d’une mission de 30 mois, Jean-François Colombet n’a pas démérité, bien au contraire. C’est aussi le propre d’un homme d’action de savoir se faire des ennemis. Avant de quitter Besançon, il s’est fait sienne la phrase d’Abraham Lincoln « l’engagement est de transformer les promesses en réalité ». Tombé en amour de la Franche-Comté, le désormais ex-préfet du Doubs souhaite bien s’y installer au moment de la retraite « Comptez sur moi pour être l’ambassadeur de la Franche-Comté ».

Yves Quemeneur