Besançon, Gisèle Halimi, une voie pour une voix qui a compté

L’Allée Gisèle Halimi a été inauguré par Anne Vignot le 11 mai 2022, au cœur du nouveau Pôle Viotte.

168
Anne Vignot la Maire de Besançon, Serge Halimi l'un des trois fils de Gisèle Halimi, Elise Aebischer, Adjointe, Aline Chassagne Adjointe à la Maire chargée de la culture et Mikaël Le Denmat Bâtonnier des avocats bisontins, ont dévoilé la plaque portant le nom de Gisèle Halimi au coeur du pôle Viotte. ©YQ

Depuis deux ans, la Maire de Besançon met à l’honneur les femmes, célèbres ou anonymes, contemporaines ou historiques, auxquelles la Ville de Besançon veut rendre hommage.

Gisèle Halimi, « l’avocate la plus célèbre de France » selon les propos de la Maire de Besançon, voit ses 70 ans de combats acharnés au service des femmes et des droits de l’Homme mis en lumière dans un quartier illustrant l’avenir de Besançon.

Bien sûr, on retient de cette avocate franco-tunisienne, son engagement pour la libéralisation de l’avortement. Figure du féminisme, elle avait signé en 1971 « le manifeste des 343 » réunissant des femmes réclamant le libre accès à l’avortement. Avocate engagée, elle s’illustre lors du procès de Bobigny en 1972 où elle obtient l’acquittement des quatre femmes poursuivies pour « avortement illégal ». Pour autant, c’est bien Simone Veil qui traduira en texte législatif l’interruption volontaire de grossesse en 1975 sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

L’autre combat de cette femme de convictions fut au service de l’anticolonialisme où qu’il soit et ses batailles judiciaires pour les combattants de l’indépendance algérienne ou pour la cause palestinienne.

Décédée en 2020 à l’âge de 93 ans, « elle aura été une femme qui porte la force du travail et des convictions » a conclu Anne Vignot devant Serge Halimi, l’un des trois fils de l’avocate.

Au cœur des échanges du pôle Viotte, dans un lieu de transformation, la Maire a également évoqué « l’ordre établi qui est à bousculer ». Gisèle Halimi en a fait le fil rouge de sa vie.

Elle mérite « La Voie Gisèle Halimi »… « la voie est une perspective » comme l’a souligné Anne Vignot.

Yves Quemeneur