Livres dans la Boucle, 32 000 visiteurs, le succès au rendez-vous

Besançon devient, d’année en année, l’un des rendez-vous importants de la rentrée littéraire. L’édition 2022, après deux années où les livres se lisaient masqués, renoue avec l’engouement populaire. Pendant trois jours, les chuchotements de dédicaces, l’odeur du papier et le chant des pages tournées ont transformé la place du marché, rendant à la lecture la place de choix dans la culture des Hommes.

277
Anne Vignot, la Maire de Besançon, lors de l'inauguration de Livres dans la Boucle le vendredi 16 septembre ©YQ

La littérature jeunesse se jouait des couloirs du musée des Beaux-Arts et le monde de la BD avait retrouvé ses marques dans la chapelle du Scénacle. Parmi les 200 auteurs présents ce week-end à Besançon, beaucoup de nouveaux romans, des compétiteurs aux prochains prix et quelques têtes d’affiche comme Tatiana de Rosnay, Daniel Picouly ou Yasmina Khadra. Ils avaient tous la passion de l’écriture, le plaisir de raconter des petites histoires ou de transmettre la grande histoire.

Quelques uns des « brasseurs de mots » présentaient leurs livres à la Brasserie du Commerce, rue des Granges ©YQ

Imaginé en 2020, « Les Brasseurs de Mots » s’installe durablement à la Brasserie du Commerce, rue des Granges. Il devient le festival Off incontournable. Une dizaine d’écrivains ont bavardé et dédicacé au milieu des tables de restaurant, entre steak tartare et café gourmand.

Les trois lauréats de la dictée de « Livres dans la boucle » entourés par Michel Jassey vice-président de Grand Besançon en charge de la culture et de Nicolas Beuglet, l’écrivain qui a concocté le texte – photo Grand Besançon

La dictée est désormais le rendez-vous incontournable de LDLB. C’est Nicolas Beuglet, auteur de romans policiers, qui s’est attelé à proposer un texte « saignant » à 145 participants rassemblés à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement. Quelques embûches orthographiques loin toutefois du texte ardu concocté en 2019 par Sorj Chalandon « Citadelle m’était contée ». Le Lauréat de la dictée 2022 (2 fautes) est originaire du Jura suisse, la démonstration que la langue de Molière n’a pas de frontière.

Bien entendu, le choix d’un livre est affaire personnelle. Au-delà des mots, ce sont des vies ! Trois exemples, chacun aux antipodes les uns des autres :

Mikaël Demenge, l’initiateur du livre de photographies et de témoignages « Besançon, Ville de lumières et de couleurs » ©YQ

Le succès étonnant du livre de photos sur Besançon « Besançon, ville de la lumières et de couleurs » (Editions du Sekoya) à partir de l’idée originale de Mikaël Demenge, l’animateur de la page Facebook « Besançon J’aime ma Ville ». 1 300 exemplaires vendus en souscription en quelques semaines et plus de 700 exemplaires supplémentaires proposés au salon du livre.

Pierre Laurent et Randall Schwerdorffer « Procès d’Assises, un avocat à la barre des témoins » (Editions Sekoya). La justice au scalpel d’un chroniqueur judiciaire expérimenté et d’un avocat pénaliste où le prétoire est sa seconde maison ©YQ

L’accueil plus que chaleureux à Randall Schwerdorffer. Le célèbre avocat pénaliste dédicaçait « Je voulais qu’elle se taise » traces écrites de l’affaire Jonathan Daval et « Procès d’Assises, un avocat à la barre des témoins » (Editions du Sekoya) écrit en collaboration avec Pierre Laurent, journaliste et chroniqueur judiciaire. Randall Schwerdorffer y dévoile les instantanés parfois drôles ou émouvants d’une salle d’assises.

Amélie Cordonnier présentait une pépite parue au début 2022 chez Flammarion « Pas ce soir » ©YQ

Une pépite découverte au hasard de mes pérégrinations dans les allées du salon. Amélie Cordonnier publie chez Flammarion « Pas ce soir », l’histoire « d’un homme qui désire et une femme qui soupire. Un homme qui se désole, une femme qui s’enferme, les heures qui s’étirent…Et plus rien » Est-ce que tout doit s’arrêter à cinquante ans ? L’autrice ausculte l’histoire d’un couple à travers le regard d’un homme blessé. 250 pages pour découvrir que l’amour n’a pas d’âge et que l’âge peut tuer l’amour !

« Livres dans la Boucle » a bouclé sa 7ème édition en même temps que les Journées du Patrimoine, un clin d’œil à la littérature française, bouclier de notre culture commune.

Yves Quemeneur