Opération « Place nette » à Besançon

La visite à Besançon de Gérald Darmanin était aussi l’occasion de valoriser la lutte contre les trafics de drogue à travers tout le pays : "1270 interpellations de trafiquants en France depuis 4 mois" a précisé le ministre de l’Intérieur.

806
Gérald Darmanin en discussion avec les policiers de la brigade des stupéfiants et Yves Cellier Directeur interdépartemental de la police nationale du Doubs ©YQ
On a remplacé la dalle d’Argenteuil par la Place de l’Europe

Les actions coup de poing de Gérald Darmanin ressemblent à celle de son mentor en politique. On se rappelle du « nettoyage » voulu par Nicolas Sarkozy à la cité des 4000 à la Courneuve. A Planoise, la Place de l’Europe est devenue une zone de non-droit que la police et la justice va réinvestir.

Comme son prédécesseur Place Bauveau en 2005, Gérald Darmanin assume la répression. Il sera temps ensuite de parler de prévention. L’inversion des priorités n’était pas du goût de la maire de Besançon qui entend privilégier la prévention.

Planoise en partie nettoyé du trafic

En visite au commissariat de Besançon, le ministre de l’Intérieur a rappelé la saisie de ces derniers jours à Planoise : 10 kg d’héroïne, deux fusils d’assaut, un lance-roquette (en parfait état de marche a souligné le Procureur Etienne Manteaux), beaucoup de munitions de guerre et plus de 5 000€ saisis.

Il a félicité les équipes d’Yves Cellier, le directeur interdépartemental de la police nationale « A Planoise, on est passé de 35 points de deal à 5 ». Pour autant, ce « commerce » s’est adapté aux nouvelles habitudes. Les consommateurs parlent maintenant de « Uber shit ».

Gérald Darmanin a confirmé que ces interventions, partout sur le territoire français, allaient être poursuivies et amplifiées « à raison de 10 à 20 opérations « Place nette » par semaine ». La réussite de l’opération menée à Besançon confirme bien l’intérêt de ces interventions « dans des quartiers où les habitants souhaitent vivre de façon apaisée » a conclu le ministre de l’Intérieur.

Yves Quemeneur