Rubrique. Comme un lundi : En roue libre

261

Comme le disait Romain Duris dans l’Auberge espagnole, notre monde est un gros bordel. On a plus que jamais la sensation que la bête nous échappe, que l’avenir est incertain, qu’il va falloir se battre, notre courage sur le dos pour protéger les valeurs de notre démocratie et notre liberté chèrement gagnées. Pour oublier tout ça un moment, avec ma voisine, on est allé se balader à vélo. Eh bien, elle a dit, les pistes cyclables sont à l’image de notre société, un gros bordel : qu’est-ce que les gens ne comprennent pas dans le terme piste cyclable ?

Ce n’est pas piste pédestre, ou piste canine ! Pourtant, rares sont ceux qui prêtent attention au fait qu’une piste cyclable est faite pour les bicyclettes, comme les routes pour les voitures et les trottoirs pour les piétons. Y’a même un petit vélo peint en blanc très régulièrement pour nous le rappeler, c’est fou non ? Un vélo avec deux roues pour ne pas confondre avec chien. Ce dimanche par exemple, on arrivait tranquillement, quand une dame était d’un côté de la piste cyclable, son chien de l’autre côté, et la laisse au milieu, et il s’en fallut de peu pour que ma voisine n’embarque pas la dame, la laisse et le chien dans sa chute.

D’autres exemples, oui il y en a eu des dizaines ce matin-là, comme chaque jour, on a trouvé de tout : des voitures garées, des poussettes, des enfants et leur ballon, des gens qui prenaient l’apéro, d’autres animaux domestiques, parfois plusieurs per- sonnes en balade ou des coureurs à pied qui tapaient la discute sur la largeur de la piste et qui semblaient durs de la feuille lorsque l’on signalait notre arrivée à leur hauteur, ce n’était plus une balade mais un rodéo.

En gros, les gens sont en roue libre, les vélos, ils s’en foutent. Les études récentes prouvent que le moyen de transport le plus écolo est excellent pour la santé, alors, si l’on veut continuer à encourager cette pratique, si l’on veut que les Français se déplacent encore plus avec leurs deux roues pour aller au travail ou pour se balader le dimanche, il serait bon de s’acheter une conduite, de regarder à droite puis à gauche avant de traverser par exemple, ou alors, comme on est vraiment obligé de rappeler les règles du savoir-vivre ensemble, que l’on écrive un code de bonne conduite, parce qu’il ne viendrait jamais à l’idée à personne de pique-niquer, de promener son chien ou ses enfants sur une route nationale, alors pourquoi sur une piste cyclable ? Vive le vélo et vive le bon sens.