Grand Besançon. Chalezeule. Quel avenir pour les assistantes maternelles ?

Au service des familles dans leurs démarches et des assistantes maternelles dans leur carrière, le Relais Petite Enfance basé à Chalezeule voit aussi l’évolution d’un mode de garde qui semble aujourd’hui moins prisé par les parents.

346
Loïc Pujol est le nouveau responsable, en poste depuis début janvier.

« Notre Relais Petite Enfance (RPE) couvre les communes de l’Est du Grand Besançon dont Amagney, Braillans, Chalèze, Marchaux – Chaudefontaine, Deluz, Novillars, Roche lez Beaupré, Thise, Vaire, Champoux et Chalezeule, où sont situés nos bureaux » explique Loïc Pujol, nouveau responsable de la structure depuis début janvier. « C’est un lieu d’informations, de rencontres et d’échanges au service des parents, des assistants maternels et des enfants » poursuit-il.

Le premier rôle du RPE est d’informer et conseiller les parents qui en ayant recours à une assistante maternelle endossent aussi le rôle d’employeur, ce qui implique des droits et des obligations donc des démarches administratives… ».  Il n’est pas question de se substituer au parent – employeur, mais de l’accompagner et de l’informer sur la procédure à suivre. Le Relais peut également informer les parents sur les autres modes de garde sur le territoire.

Des professionnelles formées

« Nous menons également des actions de professionnalisation en rencontrant chaque semaine dans l’une ou l’autres des communes les professionnelles avec les enfants qu’elles accueillent quand ils ne sont pas scolarisés. Une façon d’éviter notamment l’isolement, d’échanger sur les pratiques et idées des unes et des autres » poursuit-il. Ces actions se font également avec des parents et des gardes à domicile. Toutes les questions liées à la petite enfance et à la pédagogie peuvent y être aborder dans un cadre convivial afin d’apporter de nouvelles connaissances. « Nous agissons enfin auprès des enfants pour offrir l’accès à un lieu d’éveil, de socialisation, accompagnés de leur assistant maternel et/ou de leur(s) parent(s) ».

L’organisation de la formation continue est un autre rôle important du RPE qui fait office de relais entre les organismes de formation et les assistantes maternelles. Ces dernières peuvent ainsi tout au long de leur carrière bénéficier de remises à niveau qui viennent compléter leur formation initiale par exemple en matière de secourisme, un volet désormais indispensable.

Un métier à valoriser

Chargé enfin d’être un observatoire de la profession sur son secteur et de renseigner la CAF sur les besoins locaux liés à la petite enfance, le relais est en première ligne pour dresser un constat qui se confirme d’année en année. « Les assistantes maternelles dans l’Est de l’agglomération étaient 122 en 2017. Elles sont 97 aujourd’hui ». Elles souffrent sans doute du développement de structures collectives comme les micro-crèches. Pour autant, celles encore en exercice affichent quasiment toute complet ce qui est loin d’être le cas à Besançon même.

Mais l’objectif du Relais Petit Enfance n’est surtout pas de comparer les deux modes d’accueil. Au contraire, c’est de laisser le choix aux parents en expliquant que ces deux modes ont aussi bien des avantages que des inconvénients. Ils sont différents, mais apportent chacun une richesse dans le développement de l’enfant. « Cependant, avec la baisse du nombre d’assistantes maternelles sur le territoire, notre objectif est également de valoriser ce métier en mettant en avant l’accueil individuel et la professionnalisation de ce métier ».