Haut-Doubs. Jean-Luc Laronze en pèlerinage dans son village natal

Pour rendre hommage notamment à ses parents, il a chaussé ses baskets pour venir à pie de Gironde et retrouver des lieux et paysages qu’il a toujours gardés au fond de son cœur.

656
Le maire Roland Martin a accueilli en mairie ce pèlerin pas comme les autres.

Fils d’un douanier alors installé à Charquemont, c’est dans cette commune que Jean-Luc Laronze est né il y a 73 ans. Il l’a quittée alors qu’il n’était qu’un enfant de 3 ans, parti en famille pour la Gironde où son père est allé poursuivre sa carrière. Lui y vit aujourd’hui encore et y a exercé le métier d’éducateur sportif avant de prendre une retraite bien méritée.

Cet homme que sa famille qualifie « de caractère » est devenu père puis grand-père, une vie bien remplie qui ne l’a pas empêché de rompre son rythme de vie quotidien pour se lancer un sacré défi : revenir là où il a vu le jour, non pas en voiture comme il l’a fait chaque été de son enfance avec sa famille, mais à pied ;

Son long chemin a débuté le 1er juin pour se terminer le 14 juillet, jour d’arrivée à sur sa terre natale. Au total, il a donc parcouru 836 km en 44 jours, un périple au cours duquel il a laissé tomber rapidement la petite charrette qu’il trainait pour privilégier un simple sac à dos et ne pas dépenser trop d’énergie chaque jour afin de pouvoir repartir sereinement le lendemain.

Sa dernière étape effectuée le jour de la Fête Nationale a été toute symbolique, reflétant parfaitement l’esprit de son défi En reliant en compagnie de membres de sa famille Fournet-Blancheroche à Charquemont, il a souhaité retrouver des lieux où avait officier son papa douanier notamment une cabane d’où il surveillait les contrebandiers. Accueilli officiellement à Charquemont par le maire Roland Martin il a répété que cette longue marche avait un but, honorer sa famille originaire d’ici, comme un pèlerinage de reconnaissance envers ses aïeux.