Haut-Doubs. La commune de Frambouhans veille sur sa forêt

Nul besoin d’être expert pour remarquer que le scolyte a encore été actif l’an passé. La commune de Frambouhans doit s’adapter comme les autres et réfléchir à la forêt de demain dans un contexte de visibilité incertain.

607
Un solution a été trouvée pour écouler le bois cette année encore.

Malgré les volumes considérables de pluie, la santé de la forêt communale est encore fébrile et les sols karstiques augmentent l’inertie de son rétablissement. « En complément de la régénération naturelle, l’objectif sera de façonner des peuplements pérennes diversifiés, et de tester intelligemment l’introduction d’essences plus résistantes » explique David Chatelain, adjoint en charge de la forêt communale.

Le plan de relance national permettra d’obtenir des aides pour repeupler les zones impactées tout en cherchant à adapter les forêts au changement climatique. « L’an passé, la stratégie commerciale choisie par l’ONF et les Communes Forestières a été concrétisée par une convention de vente groupée, pour vendre et évacuer efficacement l’ensemble des petits bois scolytés non absorbables par le marché local saturé » poursuit l’élu. Une expérience inédite mais complexe pour faire face sur le marché du bois. Destination de ces produits accidentels : les Vosges et l’Aquitaine principalement, alimentant majoritairement la production de sciure, plaquettes, écorces, packaging, palettes, coffrages, papeterie… « Cette stratégie tendait également à minimiser l’impact non négligeable de la crise sur les recettes des communes forestières. En effet, certains frais liés à ces coupes imprévues ont été avancés par l’ONF, et des aides européennes compenseront une partie des pertes liées à ces évacuations d’urgence ». Pour les petits bois à venir, les communes sont soulagées d’entendre que l’ONF semble avoir trouvé un accord avec les scieurs locaux, évitant ainsi des ventes lointaines avec des frais réduisant notoirement les bénéfices des communes.