Haut-Doubs. La Ville de Morteau garde le contact avec ses seniors

Ville amie des ainés, Morteau ne ménage pas ses efforts pour ses habitants, plus encore en période de crise comme c’est le cas depuis deux ans.

264
Comme ses collègues élus, Marie Bonnet a participé aux visites aux aînés.

Régulièrement des ateliers sont dispensés dans des domaines comme la cuisine, la remise en forme, la stimulation de la mémoire ou encore l’utilisation d’une tablette afin de lutter contre la fracture numérique. « Nous avons également à cœur de leur offrir un accès privilégié aux manifestations culturelles par exemple avec l’opération mensuelle ciné-séniors et nous nous soucions également de leur pouvoir d’achat avec une carte avantage qui leur est destinée » complète Marie Bonnet, conseillère municipale déléguée aux affaires sociales et services à la population qui se réjouit que l’opération « Mes courses à vélo » ait pu se dérouler en juin et septembre 2021 avec pour objectif de favoriser la mobilité douce par la découverte du vélo électrique et des pistes cyclables.

600 foyers visités pour la nouvelle année

Pour garantir le bien vieillir et lutter contre l’isolement, ces derniers mois, la Ville de Morteau et le Centre Communal d’Action Sociale ont dû s’adapter à la situation sanitaire. « Dès le premier confinement en 2020, nous avons appelé individuellement chaque personne de plus de 65 ans et nous avons continué à le faire de façon récurrente pour prendre des nouvelles et identifier d’éventuels besoins » poursuit l’élue. En ce début d’année, c’est physiquement qu’un contact a été pris. « Le repas des Rois a cette année encore dû être reporté pour préserver la santé de tous. Les membres du Conseil municipal, du Conseil d’administration du CCAS, les bénévoles de l’association du Repas des Rois et des bénévoles du CCAS, soit un réseau de plus de 50 personnes, vont depuis début janvier à la rencontre de toutes les personnes âgées de 70 ans et plus domiciliées sur Morteau, afin de leur présenter leurs meilleurs vœux ». Pas moins de 600 foyers où l’accueil est chaleureux tant le besoin de convivialité et de partage pénalisent particulièrement cette population. « Nous leur remettons une boîte de Chocolats Klaus et nous discutons, tout simplement ». Simple certes, mais tellement important.