Haut-Doubs. Le vertueux chantier du collège de Villers-le-Lac

Il est loin le temps où les tout ce qui sortait d’un chantier était jeté et détruit. Aujourd’hui, il est possible de donner une deuxième vie aux matériaux comme aux objets.

876
Le chantier de Villers-le-Lac pourrait servir d'exemple.

En travaux depuis plusieurs mois, le Collège Bouquet de Villers-le-Lac bénéficie de la part du Département du Doubs d’un agrandissement et d’une modernisation des espaces tant pour les élèves que pour les professeurs, avec notamment une nouvelle demi-pension. La surface utile passera de 2210 à 3426 m² dont 2245 m² de construction neuve.

Ce vaste chantier intègre la volonté de la collectivité d’améliorer les performances thermiques, énergétiques et acoustiques des bâtiments mais aussi de limiter l’impact environnemental avec une démarche de valorisation des déchets liés à la déconstruction.

Ainsi, plus de deux tonnes de déchets seront finalement évités. Cuisine, sanitaires isolants, lambris, luminaires ont trouvé ou trouveront acquéreurs. Ils ne finiront pas dans une déchèterie et connaitront une seconde vie. Dans le même état d’esprit de valoriser plutôt que de jeter définitivement, métal, céramique, laine de roche, bois, miroirs, plastiques… tous ces matériaux ont eux aussi été transformés en ressources et vendus, vente qui couvre les coûts d’intervention des personnels en insertion embauchés pour la déconstruction sélective. Un véritable cercle vertueux où l’on trie, on réemploie, on recycle, tout cela pour réduire l’impact carbone et participer ainsi à la transition énergétique. Un bel exemple qui pourrait servir d’exemple pour de futurs chantiers, publics comme privés.