Paul Louvel, co-président de France Bénévolat dans le Doubs

Pivots du vivre ensemble dans les communes, les associations ont, elles-aussi, souffert de la crise sanitaire. Reflets de notre société, elles évoluent et doivent s’adapter pour prendre en compte les nouvelles aspirations des bénévoles.

186

Que représente la vie associative dans notre département ?

La France compte 19 millions de bénévoles dont 100 000 dans le département du Doubs où ils sont répartis dans 12000 associations. Nous sommes dans la moyenne nationale. Ces associations permettent de venir en aide aux autres, dans tous les domaines de la vie courante, la santé, le social ou l’insertion mais aussi de proposer des activités, des loisirs, du sport, de la culture, toujours en étant au plus proche du terrain dans nos villes et villages. et les bénévoles sont la pierre angulaire de ce maillage du territoire, ils sont les chevilles ouvrières sans qui rien ne serait possible.

Quel impact a eu la crise sanitaire ?

La pandémie a provoqué un arrêt complet ou partiel pour la plupart des associations qui ne pouvaient donc plus mener à bien leurs missions. Au niveau national, on estime que 15% des bénévoles n’ont pas repris leurs activités ce qui est énorme et problématique. Ce constat est surtout flagrant sur la tranche d’âge des plus de 50 ans qui sont souvent les plus engagées, des piliers et les personnes plus volontaires pour assumer des responsabilités.

Pourquoi ce soudain désintérêt ?

On ne peut pas vraiment parler de désintérêt mais plutôt de nouvelles habitudes prises durant cette longue période et de la découverte d’autres activités. Ils ont parfois renoué le lien avec leur famille et leur entourage, connu de nouveaux loisirs et surtout ont pris conscience que la vie est courte et qu’il faut en profiter pour vivre de nouvelles expériences. A cela s’est aussi ajoutée la peur de la maladie lors des rassemblements… mais soyons optimistes, ce n’est peut-être qu’une parenthèse et ils reviendront peut-être.

Est-ce une nouvelle ère  de l’engagement associatif ?

Le bénévolat est le reflet de la société en général. Aujourd’hui dans nos associations, les bénévoles restent moins longtemps qu’auparavant car ils vont souvent explorer plusieurs associations au fil des années, changer de mission, comme dans le monde du travail. Et l’engagement n’est plus le même avec un autre aspect qu’on observe, le souhait de prendre moins de responsabilités, ce qu’on appelle une crise de gouvernance d’autant plus inquiétante quand les fondateurs décident de prendre du recul.

Comment faire dans ce cas ?

Il existe des solutions très simples que nous présentons aux associations, notamment la gouvernance collégiale comme c’est le cas pour moi au niveau de France Bénévolat où nous sommes plusieurs co-présidents. Par ailleurs, face à la volonté de ne plus s’engager dans la durée, il faut s’adapter et accepter de faire appel à des volontaires ponctuels pour aider l’association.

Que peut-faire France Bénévolat pour les associations ?

Nous jouons un triple rôle. D’abord mettre en relation les associations et les bénévoles désireux de s’engager puis promouvoir le bénévolat et enfin apporter un accompagnement aux associations. Cela passe par la valorisation des bénévoles et la reconnaissance de leur travail afin de les fidéliser. Il faut les féliciter et les remercier pour ce qu’ils apportent humainement, leur montrer une réelle considération. Encore une fois, c’est comme dans une entreprise, il ne faut pas laisser des personnes œuvrer dans leur coin sans leur rappeler régulièrement qu’ils sont les maillons indispensables d’une chaine. C’est finalement un parallèle intéressant qui montre qu’on est dans les associations aussi sur de la gestion humaine et que cette approche a une importance cruciale.

Comment convaincre une personne de devenir bénévole ?

Les motivations sont souvent les mêmes. Alors, si vous avez du temps libre à occuper pour aider et être utile, envie de vous engager pour une cause, de vous sentir impliqué dans un collectif pour agir, devenez bénévole. C’est finalement un moyen de s’accomplir, de se faire plaisir pour faire plaisir aux autres et tout cela en créant du lien social qui est aussi profitable au bénévole lui-même.