À Besançon le Marché Beaux-Arts fête ses 20 ans

L’ancien marché couvert de Besançon, familièrement appelé à tort "les halles Baltard" avait fêté son centenaire avant d’être déconstruit en 1999. Il a été remplacé par le marché couvert des Beaux-Arts inauguré en 2002.

219
Sylvie Laurent, Directrice marketing du Crédit Agricole de Franche-Comté, Jean-Jacques Pichon Président de l'association des commerçants du marché Beaux-Arts, Julie Chettouh, conseillère municipale chargée des foires et marchés et Frédérique Baehr, Adjointe en charge du commerce, ont découpé le gâteau d'anniversaire des 20 ans du marché couvert ©YQ
« Ils sont encore 4 commerçants à avoir fait partie de l’aventure » (Jacques Mariot)
« Le trou de souris » l’un des quatre commerçants du Marché Beaux-Arts toujours présents 20 ans après ©YQ
« Aux Poissons de mer », le poissonnier du Marché Beaux-Arts était déjà présent en 2002 ©YQ
Son étal de fruits et légumes d’excellente qualité était déjà là en 2002 ©YQ

Jacques Mariot fut longtemps le « monsieur Commerce » de la Ville aux côtés de Robert Schwint puis de Jean-Louis Fousseret. Il se rappelle de ces quatre commerçants qui sont encore présents aujourd’hui : le poissonnier « Aux poissons de mer », le primeur « Eden fruits » et les deux fromagers dont l’une est devenue le fameux « trou de souris ».

Jacques Mariot qui fut longtemps Adjoint au commerce à la Mairie de Besançon, fut l’artisan de la création du marché couvert des Beaux-Arts ©YQ

En fêtant ce vendredi 9 septembre 2022 les 20 ans du marché Beaux-Arts, la Maire Anne Vignot a souligné que la présence du marché couvert a permis le maintien d’un commerce de proximité dynamique à Besançon « Il y a peu de villes de la taille de Besançon avec une vacance de commerces aussi faible ».

Le marché Beaux-Arts devient « les Halles Beaux-Arts, les Comptoirs bisontins »
Anne Vignot, la Maire de Besançon, n’a pas gâté son plaisir dans les allées du marché couvert Beaux-Arts ©YQ

Nouveau nom, nouveau logo pour accueillir toujours plus de commerçants de proximité et participer au renouveau de la place de la Révolution « Je compte bientôt proposer, avec l’avis des habitants, une place plus conviviale, plus populaire…moins minérale pour répondre aux enjeux sociétaux et climatiques ». La Maire a profité de l’occasion pour parler de « sobriété énergétique » tout en saluant les commerçants « merci pour votre sens du commerce de proximité au service des bisontins ».

Les Halles Beaux-Arts n’aurait pas pu évoluer sans le dynamisme du président de l’association du marché couvert. Jean-Jacques Pichon qui tient le magasin d’alimentation italienne « Voyage à Rome by In Fine » a été à la manœuvre pour négocier avec la Mairie, l’amélioration de la qualité des commerces présents dans ces nouvelles Halles, de plus en plus fréquentées. Il reconnaît à demi-mot trouver auprès de Julie Chettouh, conseillère municipale chargée des foires et marchés, une interlocutrice à l’écoute et sensible aux besoins des commerçants.

Il faut rappeler que les désormais « Halles Beaux-Arts, les Comptoirs bisontins » appartient à la Mairie et que chaque commerçant y exerce une activité précaire dont le coût de location est de 700€/mois. Pour Jean-Jacques Pichon, « ce tarif particulièrement attractif, ne doit pas faire oublier la qualité des produits proposés et la pérennité des magasins. Nous tentons d’y veiller même si l’avis de l’association des commerçants n’est que consultatif…pour le moment ! »

Les deux années de la crise sanitaire ont incité les consommateurs à retrouver le chemin des magasins de proximité. La crise énergétique actuelle ne fera qu’accentuer l’évolution des modes de consommation, à condition que les commerçants sachent se différencier sur le choix et la qualité des produits. Ils sont nombreux aux « Halles Beaux-Arts, les Comptoirs bisontins » à avoir pris la bonne option pour le meilleur du commerce de Besançon.

Yves Quemeneur