Pour la saison 2023-2024, une refonte des championnats gérés par la FFF devrait être votée le samedi 18 juin

En allant s’imposer à Sannois Saint-Gratien (1-4) le 23 avril, l’ASM Belfort s’est éloignée de la zone rouge et a permis à tous les clubs de la région de prendre une bouffée d’air. Comptant désormais 5 points d’avance (avant le match contre Épinal ce vendredi 29 avril) sur le premier relégable à 4 journées de la fin de saison, les hommes d’Anthony Hacquard ont validé une étape cruciale. Elle l’était également pour les clubs de Bourgogne Franche-Comté : dans les catégories inférieures, un maintien supplémentaire sera enregistré si l’ASM Belfort se sauve.

Le 12e de N3 (actuellement Morteau-Montlebon), le meilleur 11e de R1 (act. La Chapelle de Guinchay), le moins bon 10e de R2 (act.Lons-le-Saunier 2) et le meilleur 10e des deux groupes de 13 en R3 (act. Louhans Cuiseaux 3) valideraient donc leur maintien. A noter que dans le district du Doubs, les deux premiers de chaque groupe de D1 montent en R3.

La bonne année pour le Racing Besançon ?

En tête de National 3 depuis le début de saison, sans aucune défaite jusqu’à la trêve, le Racing Besançon a repris le championnat avec un gros passage à vide. Si les hommes de Jean-Marc Trinita se sont bien rattrapés depuis, l’avance sur ses concurrents directs, Geugnon et la réserve du FC Sochaux-Montbéliard s’est égrenée. Le 28 mai, il y aura un premier choc face aux lionceaux avant une ultime journée à Guegnon, le 4 juin pour peut-être enfin, fêter le retour à l’échelon supérieur.

En bas du classement, Valdahon est condamné tandis que Morteau-Montlebon pourrait profiter de ce maintien supplémentaire. En R1 dans le groupe B qui compte cinq clubs doubistes, Macon avec son budget pharaonique n’a laissé aucune chance à ses adversaires. Dans l’autre groupe où s’affrontent aussi des clubs du Doubs, la bataille de la N3 se joue entre Quetigny et Vesoul.

En 2023-2024 il y aura trois groupes de N2 et six à huit groupes de N3

Ce maintien supplémentaire possible ferait presque oublier la création d’un nouveau National 1 par la Fédération Française de Football lors du vote de restructuration de ses championnats samedi 18 juin. Derrière la N2 passerait de quatre à trois groupes quand le nombre de poules N3 pourrait être divisé par deux (la FFF parle de passer de 12 à 8 ou 6 groupes), provoquant une relégation en masse à tous les étages inférieurs.

Une sorte de mal pour un bien puisqu’en repassant à deux groupes de R1, la compétitivité serait rehaussée d’un cran. D’ici là, les footballeurs amateurs ont encore beaucoup d’échéances avant même la fin de cette saison 2021-2022. Tous auront aussi un œil sur le FC Sochaux-Montbéliard, forcément, pour une possible remontée en Ligue 1. Les lionceaux n’ont jamais été aussi proche depuis la descente en 2014.

Martin Saussard