Haut-Doubs. La piscine de Maiche est restée ouverte

Gérée par une entreprise privée dans le cadre d’une délégation de service public, la piscine de Maîche reste ouverte. Explications du président de la communauté de communes du Pays de Maîche (CCPM), collectivité en charge de cette compétence.

239
L'équipement sportif a été ouvert il y a tout juste 20 ans.

« Le contexte de la piscine maîchoise est fort heureusement différent de certains sites nautiques puisque 80 % de son chauffage sont assurés par la chaufferie bois à plaquettes pour laquelle les tarifs d’approvisionnement en énergie restent à ce jour abordable » explique Franck Villemain, président de la CCPM, soulignant ainsi une différence importante avec d’autres structures comme celles des Fins.

Pour cette dernière comme pour des dizaines d’autres en France, les hausses exceptionnelles ces derniers mois du coût de l’énergie ont contraint à une fermeture temporaire. Après concertation avec le responsable du Complexe Aquatique Cristallys qui a ouvert il y a tout juste 20 ans, l’élu a donc rassuré la population, très attaché à cet équipement sportif. « Cette piscine est un service public de première importance, pour lequel nous soutenons annuellement les charges de fonctionnement à hauteur en moyenne de 370 000 €. La collectivité s’acquitte aussi annuellement de 50 000 € pour le transport des élèves vers la piscine. Parce qu’en effet, c’est son premier intérêt : l’équipement est un atout éducatif et permet l’apprentissage de la natation aux élèves de la cinquantaine de classes des écoles primaires publiques et privées des 43 communes de la CCPM ».

Des mesures visant toutefois à économiser la consommation électrique ont d’ores et déjà été envisagées. « Il est possible de mettre en place un léger abaissement de la température de l’eau et de l’air, une régulation de la ventilation, une temporisation des pompes ou encore une optimisation de l’utilisation des saunas … ». Des mesures éventuelles qui selon l’élu et le gestionnaire de la piscine seraient parfaitement comprises par le public pour permettre de maintenir l’établissement ouvert le plus longtemps possible.