Doubs. Besançon. Le bien-être animal au cœur du projet du Muséum de Besançon

Le parc zoologique de la Citadelle de Besançon est engagé depuis plus de 20 ans dans la sauvegarde d’espèces en danger. Destination principale des visiteurs de la Citadelle, le zoo doit repenser son avenir en prenant en compte le souci de la population et le bien-être des animaux.

166
le 4 avril 2022, Marie-Thérèse Michel conseillère municipale en charge du bien-être animal, Alexandre Arnodo Directeur du site de la Citadelle de Besançon, Anne Vignot Maire de Besançon et François Bousso conseiller municipal en charge de la Citadelle, ont présenté le projet culturel et scientifique d'évolution du Muséum de la Citadelle de Besançon ©YQ
Quelle évolution du parc animalier dans le contexte contraint d’un site Unesco

L’avenir plus global de la Citadelle de Besançon a fait l’objet d’une passe d’armes entre majorité et opposition lors du conseil municipal du 7 avril. Comment se situera le parc zoologique dans un périmètre non extensible, en zone urbaine et au cœur d’un monument historique classé au patrimoine mondial de l’Unesco ? Sur la question de l’éclairage du site…les échanges étaient pour le moins surréalistes, voire dogmatiques. Pour Aline Chassagne, adjointe communiste à la culture « l’éclairage de la citadelle les jours de fête est une proposition judéo-chrétienne centrée ». De son côté, Anne Vignot la Maire de Besançon évoque « la naissance récente de trois poussins grands ducs hébergés dans les remparts de la Citadelle. L’éclairage pourrait remettre en cause leur vie ».

La Maire de Besançon souhaite une « réflexion innovante basée sur le collectif ». C’est dans ces termes qu’elle a présenté le 4 avril la démarche sur l’avenir du zoo autour de 3 groupes réunissant élus, équipes de la Citadelle, experts scientifiques et associations engagées pour la préservation de la nature. Le premier groupe « projet » a pour mission d’imaginer l’évolution du parc zoologique. Il est composé des équipes du muséum  et des élus de la Ville. Le second groupe est constitué des partenaires représentant les associations et les institutions expertes dans la conservation des espèces. Un troisième groupe réunira des scientifiques attachés à l’amélioration des conditions de vie des animaux, aux espèces à conserver  et sera composé de vétérinaires, biologistes, éthologues…

La première phase de réflexion a déjà été engagée. Elle a consisté à former l’ensemble des équipes du Muséum au suivi du comportement animal pour permettre son amélioration, nécessaire à leur bien-être. Entre février et mars 2022, les 24 observateurs formés ont passé 112 heures sur 14 animaux différents. Chacun a été observé au moins 16h dans ses comportements et son milieu de vie. La seconde phase, opérationnelle d’ici l’automne 2022, doit apporter les réponses sur l’évolution des espèces présentées et les espaces aménageables.

La démarche est novatrice et répond aux attentes sociétales en matière de bien-être animal. A l’exception des éléphants (espèce non présente à Besançon) aucune étude éthologique n’a été menée dans le monde sur le comportement des animaux en captivité. Ce travail, à la fois scientifique et orienté vers le grand public, veut permettre de trouver un nouvel équilibre pour le parc zoologique de la Citadelle de Besançon.

Les tigres resteront à Besançon

Il était initialement prévu de transférer le tigre de Sibérie dans un autre zoo. L’animal souffre d’une arthrose de la hanche et ne peut être transporté. Il a donc maintenant une compagne et un espace beaucoup plus vaste et mieux adapté à ses modes de vie.

Programme pédagogique de la saison 2022

Du 16 avril au 1er mai (vacances scolaires), une médiatrice scientifique accueillera les visiteurs à la Petite ferme tous les jours à 14h30. Le but est d’aborder l’aspect domestication des animaux. « Pour quelles raisons une poule pond plus de 200 œufs par an ? » la réponse pour les enfants à partir de 7 ans.

Du 9 juillet au 28 août, chaque jour à 16h, les visiteurs déambuleront au Naturalium  pour avoir des réponses à notre place dans la nature et s’interroger de l’évolution des espèces à leur extinction. Petits et grands pourront également assister au déjeuner des carpes Koï et au goûter des animaux du parc.

Enfin, le site va être aménagé sur le parc Saint Etienne pour offrir un lieu idéal à l’ombre pour les pique-niques. Le succès important rencontré l’été dernier par le café éphémère sur les remparts, a incité l’équipe de la Citadelle à reconduire l’expérience en améliorant les conditions d’accès et de réservations.

Il faudra attendre 2023 pour retrouver « le musée de la résistance et de la déportation » entièrement rénové, offrant un nouvel écrin à la mémoire des Hommes.

Yves Quemeneur