125 000 adhérents à la MSA Franche-Comté

La Mutualité Sociale Agricole de Franche-Comté tenait son assemblée générale annuelle à l’Oppidum de Champagnole. L’occasion de mettre au cœur des débats "l’innovation au service des conditions de travail pour un mieux vivre"

296

La Mutualité Sociale Agricole assure la couverture sociale de l’ensemble de la population agricole et des ayants droits. Avec 27 milliards de prestations versées à plus de 5 millions de bénéficiaires, c’est le second régime de protection sociale en France.

Guichet unique pour l’ensemble des exploitants et salariés du monde agricole, la MSA les accompagne toute au long de leur vie. Elle verse les prestations en santé, famille, retraite, accident du travail et maladie professionnelle et assure le recouvrement des cotisations et contributions sociales ainsi que de l’assurance chômage.

En Franche-Comté, la MSA regroupe depuis 2005 les anciennes caisses départementales du Doubs, du Jura, de Haute-Saône et du Territoire de Belfort. 250 salariés de la MSA FC répondent aux besoins des 125 000 adhérents de l’organisme social.

Répondre aux besoins des territoires ruraux

Au-delà de sa fonction de recouvrement de cotisations et de versement de prestations sociales, la MSA Franche-Comté impulse, accompagne et soutient les projets de développement des territoires ruraux de la région, en partenariat avec la MSA Bourgogne Franche-Comté.

Un service de proximité

La MSA Franche-Comté possède un maillage étroit au plus près des exploitations agricoles, coopératives et salariés. A partir de ses sites de Besançon, Vesoul et Lons-le-Saunier, elle dispose d’agences décentralisées à Pontarlier, l’Isle-sur-le-Doubs, Gray, Belfort, Foucherans et Arbois ainsi que de 11 points d’accueil de permanences administratives.

La MSA n’est pas seulement un organisme de collecte et de distribution de prestations sociales. En Franche-Comté, elle intervient au quotidien dans l’amélioration des conditions de vie et de travail de toute la filière agricole, un secteur majeur dans la région.

Yves Quemeneur