Promenade en voiture pour les enfants à l’hôpital

Le service de chirurgie pédiatrique du CHU Jean Minjoz à Besançon a inauguré le 8 juillet un parcours automobile et des voiturettes électriques pour accompagner les enfants, de leur chambre au bloc opératoire.

202
L'équipe de chirurgie pédiatrique autour de Benoît de Billy, chef du service de chirurgie pédiatrique du CHU de Besançon et d'Erik Chpard-Lallier le président de la Fondation Chopard qui a financé le projet ©YQ
Ôter le stress aux enfants…et aux parents

Le parcours ludique spécialement conçu et les voiturettes (autonomes pour les plus grands ou téléguidées pour les petits) participent à la qualité de l’accueil dans l’univers « hostile » de l’hôpital perçu par les enfants. La qualité des soins est également améliorée, en particulier au niveau du risque anesthésique. « Nous utilisons ainsi moins de produits pour endormir les enfants » précise Benoît de Billy, chef du service de chirurgie infantile au CHU.

La séparation avec les parents est enfin facilitée juste avant l’intervention chirurgicale. Et pour les parents, le temps d’accompagnement vers le bloc devient un temps de jeu avec leur enfant, une façon d’apaiser la tension.

Elise, 6 ans et demi, arrive au terme du parcours. Elle a fait un créneau impeccable. Il suffit ensuite de passer par le « carrefour aux bisous » pour s’endormir tranquillement ©YQ

Le parcours est réservé aux interventions de chirurgie ambulatoire. Les enfants ne sont pas sous médicaments hypnotiques ou analgésiques avant l’entrée au bloc et peuvent donc conduire la voiturette en autonomie. Les équipes de chirurgie pédiatrique envisagent d’étendre l’accès aux voiturettes pour les enfants hospitalisés plus longtemps. Après les Playmobil utilisés en consultation pour expliquer l’intervention, le service de pédiatrie imagine d’autres solutions, en particulier avec les animaux pour « faire de l’hôpital une salle de jeu ».

Le parcours ludique change l’anonymat du couloir d’hôpital ©YQ

Elise, 6 ans et demi, à peine troublée par le flash des appareils photo, a parcouru le chemin, parfois sinueux et ludique entre le 2ème étage et le niveau -1 où l’attendait un parking pour faire un créneau à la Land Rover qu’elle avait choisi. Concentrée, l’enfant accompagnée de sa maman, a réalisé un sans-faute. Si le stress opératoire est diminué, le parcours est quand même moins fun qu’un tour de manège au parc Micaud.

Rien n’aurait été possible sans la Fondation Chopard

Le groupe automobile Chopard est né à Morteau en 1958. Du petit concessionnaire local, Il est devenu un acteur majeur de la distribution automobile en France. En 2020, à l’initiative d’Erik Chopard-Lallier, la « Fondation Chopard Groupe automobile » a été créée sous l’égide de la Fondation de France. La Fondation soutient des projets en lien avec la mobilité solidaire, l’insertion professionnelle, la protection de l’environnement et l’éducation.

Les projets d’intérêt général, sont proposés prioritairement par les collaborateurs du groupe automobile via des appels à projets.  C’est dans ce cadre que le dossier des voiturettes du CHU a été proposé à la Fondation. Il a emporté l’adhésion de son comité exécutif. Le montant de la subvention allouée au projet du service de chirurgie pédiatrique du CHU est de 15 000€.

Le groupe automobile qui place les valeurs « Humain, Engagement, Excellence » au cœur de sa démarche RSE, a trouvé les mêmes valeurs auprès des équipes pédiatriques du CHU de Besançon.

L’hôpital n’est pas une machine « à broyer les patients dans les méandres administratifs ». Le service de chirurgie pédiatrique le démontre une nouvelle fois.

Yves Quemeneur