Économie : une monnaie plus sécurisée

La monnaie, qu’elle soit fiduciaire ou scripturale, est de mieux en mieux protégée des contrefaçons et fraudes en tous genres. Les banques centrales de la zone Euro en font un outil de la maîtrise de la monnaie

314
467 000 faux billets retirés de la circulation

La Banque centrale européenne a publié le 29 janvier 2024 les chiffres de la contrefaçon pour 2023. Celle-ci continue de diminuer. En 2023, elle se situe encore en dessous des niveaux constatés en 2019 avant la crise sanitaire.

La Banque centrale a comptabilisé 16 contrefaçons par million de billets authentiques en circulation. Selon la Banque de France, les billets en euros utilisés par les Français font partie des devises les plus sûres au monde.

Cette sûreté résulte de l’amélioration continue des éléments de sécurité présents sur les billets de banque. La série d’euros « Europe » mise en circulation entre 2013 et 2019, a contribué à la baisse continue des contrefaçons.

Qualité très médiocre des faux billets

Dans leur grande majorité, les contrefaçons présentent une très mauvaise qualité facilement détectable à l’œil nu grâce à la méthode « toucher, regarder, incliner ». Elle permet de détecter la totalité des faux billets sans avoir recours à un appareil. La méthode est accessible sur internet à l’adresse https://www.ecb.europa.eu/euro/banknotes/current/security/html/index.fr.html#feel

Des sanctions dissuasives

La contrefaçon ou la falsification de billets de banque est une infraction punie de 30 ans de réclusion criminelle et 450 000€ d’amende. Le transport, la mise en circulation ou la détention de billets contrefaits sont punis de 10 ans d’emprisonnement et de 150 000€ d’amende. En cas de recel de fausse monnaie, il faut pouvoir prouver sa bonne foi.

Augmentation constante des moyens de paiement scripturaux

La monnaie scripturale comprend le paiement par carte bancaire, par chèque, virements ou prélèvements. Elle intègre également les crypto monnaies.

Elle a augmenté de 8% entre 2022 et 2023, soit 16,1 milliards de transactions scripturales échangées au 1er semestre 2023. La Banque de France a constaté une baisse de 19% soit 4 000 milliards due à la contraction des virements de gros montants.

Le virement demeure le moyen le plus utilisé en montant. Il représente près de 90% du montant total échangé.

La carte bancaire a la préférence des français. Sa part en France est passée de 58,9% au 1er semestre 2022 à 61,9% au 2ème semestre 2023. Les paiements sans contact restent dynamiques (+21% en valeur) et le paiement mobile a progressé de 114%.

628 millions de fraude aux transactions scripturales en 2023

C’est le chiffre des 4 millions d’opérations frauduleuses identifiées au premier semestre 2023, soit une augmentation de 5% par rapport à 2022.

La carte bancaire est le moyen de paiement le plus fraudé en valeur. Elle atteint 42% de la fraude en valeur. Cette situation est liée à la part croissante des transactions sur internet. La fraude des paiements par mobile a été divisée par 3, principalement en raison des méthodes d’authentification de plus en plus sophistiquées.

Le paiement par chèque demeure l’instrument de paiement avec le taux de fraude le plus élevé. Les dispositifs de blocage des remises de chèques mis en place par les banques, ont permis d’éviter plus de 140 millions d’euros de remises frauduleuses au 1er semestre 2023.

La meilleure sécurisation des moyens de paiement est le fruit du travail de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement. L’organisme intervient auprès de tous les acteurs (professionnels et particuliers) par des moyens de prévention de la fraude.

Rester vigilant

Malgré des tendances globalement favorables de réduction des fraudes, l’Observatoire appelle les utilisateurs à rester vigilants, particulièrement les manipulations où le fraudeur se fait passer pour la banque de la victime (faux mails ou SMS, téléphone ou messagerie instantanée…). Une banque ne demande jamais à son client de valider des opérations en direct ou de restituer un moyen de paiement par coursier…Les fraudeurs ont l’imagination débordante !

Yves Quemeneur