Comment la ville de Besançon est-elle perçue par les étrangers ? Un Américain témoigne

Comme plus de 2000 étudiants internationaux en 2020-2021, Sam McIntosh, 22 ans, originaire de Caroline du Nord, est venu étudier un semestre à Besançon. Rentré aux États-Unis le mois dernier, il a bien voulu partager son expérience d'étudiant international dans la capitale comtoise. Rencontre.

295
Sam McIntosh, 22 ans, originaire de Caroline du Nord à Besançon.

Sam, pourquoi avoir choisi de venir étudier un semestre à Besançon ?

J’étudie les langues classiques et la biologie à l’Université de Caroline du Nord à Asheville. J’ai choisi Besançon, qui était mon premier choix, parce que j’ai entendu qu’il y avait là un bon programme pour les langues anciennes et modernes. Je voulais aussi passer le semestre dans une ville plus petite que Paris.

Je suis venu avec les programmes d’échanges ISEP (International Student Exchange Programs), mais j’ai été le bienvenu parmi les étudiants Erasmus. Je suis arrivé le 1er septembre 2021 et je suis reparti le 19 décembre.

« Le paysage de la Franche-Comté me rappelle mon université et les montagnes Appalaches », Sam McIntosh.

Combien t’a coûté cet échange et qu’est-ce que t’a apporté l’Université de Franche-Comté ?

Pour moi, c’est plus ou moins 7000 à 8000$ pour un semestre (l’équivalent d’environ 6100€-7000€), mais j’ai des bourses. L’idée est que le programme d’échange coûte le même qu’un semestre à l’université aux États-Unis. Il m’a fallu payer mes vols qui coûtaient environ 1500$ aller-retour [soit environ 1300€].

J’ai suivi 8 cours de langues (français, latin, grec ancien, espagnol…). C’était une combinaison de cours que je n’aurais pas pu trouver chez moi.

C’était un plaisir d’apprendre des langues étrangères comme l’espagnol dans une langue qui m’est étrangère. C’était un exercice difficile, mais durant le semestre, je me suis amélioré.

Que retiens-tu de ton passage en Franche-Comté ? Conseillerais-tu l’Université de Franche-Comté à tes amis américains pour un échange international ?

Je suis très content d’avoir choisi une ville où il n’y a pas beaucoup de tourisme international. J’ai aussi adoré la ville, qui était belle, en particulier avec les décorations de Noël. Le paysage de la Franche-Comté me rappelle mon université et les montagnes Appalaches, qui ressemblent aux collines autour de Besançon.

J’ai pu goûter quelques plats et vins de France, comme le gratin de pommes de terre au comté et le vin du Jura. Mon expérience à Besançon a été une chance et m’a permis de voir des aspects de plusieurs cultures du monde. C’est pour ça que je l’ai beaucoup appréciée.