Haut-Doubs : Le Greta-CFA du Haut-Doubs, premier pas vers la reconversion professionnelle

Alors que sur le Haut-Doubs, les entreprises peinent à trouver des salariés dans certains secteurs, le Greta-CFA du Haut-Doubs propose des dizaines de formations pour les demandeurs d'emplois ou les personnes en reconversion professionnelle.

211

C’est un premier pas vers la formation et la re-formation professionnelle. Dans le Haut-Doubs à l’heure où les salariés manquent dans les entreprises de certains secteurs d’activités, le réseau Greta-CFA tente de palier aux besoins. Si le centre est installé à Pontarlier Morteau et Maîche, le réseau lui couvre toute la bande frontalière. « Nous avons une quantité de formation qui varie énormément car nous répondons à des appels d’offres. Certaines peuvent être proposées un an ou deux quand d’autres sont disponibles pendant 5 ans. Il y a également des formations faites avec des entreprises qui ont une demande. », explique Bénédicte Lavier, directrice du Greta Haut-Doubs depuis sept ans.

800 à 900 diplômés par an

Que ce soit des cours classiques comme bureautique ou anglais ou alors des certifications de formations pour des personnes en reconversion professionnelle, le Greta-CFA du Haut-Doubs permet de diplômer chaque année entre 800 et 900 personnes. « Derrière suivant les formations l’embauche peut être de 75% sur certains domaines quand dans l’industrie, l’horlogerie elle est de 90 – 95%. », glisse Bénédicte Lavier.

Si l’établissement joue aussi le rôle de coordinateur ente stagiaires et entreprises en recherche de salariés, le but premier est d’individualiser les formations. « Quand on travaille par exemple avec l’entreprise Schrader, nous formons leurs futurs employés. Nous avons aussi des formations pour permettre à des salariés de progresser dans leur domaine de compétence pour « grader » au sein de leur entreprise. Mais lorsqu’il s’agit d’appels d’offre de la Région pour une formation particulière, les demandeurs d’emplois ou en reconversion vont être en stage dans certaines entreprises mais avec un objectif de retour à l’emploi dans un endroit différent », poursuit Bénédicte Lavier. Depuis plusieurs années la fonction CFA de l’établissement permet de former des personnes de 16 à 58 ans.

L’EEP, l’entreprise virtuelle avant un « vrai » emploi

Pôle emploi a récemment publié son top 10 des métiers où les bras manquent en France. Les trois premières places sont partagées par les métiers de charpentier (83%), couvreur (82%) et géomètre (82%). Des formations auxquelles le Greta-CFA pourrait répondre à l’avenir. Lundi dernier, l’établissement a lancé sa seconde EEP, sur Morteau, après celle de Pontarlier il y a deux ans.

Ces Entreprises d’Entraînement Pédagogique sont fictives, créées de toute pièce et permettent de retrouver toutes les fonctions tertiaires inhérentes à la vie d’une entreprise réelle. Comptabilité, ressources humaines, accueil et service commercial… les personnes inscrites en formation tournent sur tous les postes, leur permettant ainsi de découvrir et d’approfondir leurs connaissances sur tous les domaines.  » Ce sont des postes très recherchés aujourd’hui dans tous les domaines », assure Bénédicte Lavier. Pour fonctionner, Franch’Evasion et Haut-Doubs Express, le nom des deux EEP du Greta-CFA Haut-Doubs travaillent conjointement avec d’autres EEP en France, mais aussi à l’international, avec des services différents et complémentaires. Toutes font partie du REEP (Réseau d’Entreprises d’Entraînement Pédagogique) et c’est ainsi que les salariés fictifs peuvent faire évoluer leur propre entreprise.

M.S