Pontarlier et les Fins : Emmaüs retrouve une activité normale

Situées aux Fins et à Pontarlier, ces deux associations fidèles à la mémoire et aux actions de solidarité voulues par l’Abbé Pierre ont deux modes de fonctionnement différents que nous expliquent leurs responsables.

156
Aux Fins, Emmaüs ne fonctionne qu'avec des bénévoles.

C’est en 2007 qu’Emmaüs s’est installé aux Fins à l’initiative de Gérard Brisebard aujourd’hui encore co-président de l’association. Très vite, un local est acquis aux Prés Mouchets, réparé, mis aux normes et aménagé par les bénévoles. « Depuis nos débuts, les gens nous apportent des objets de toutes sortes notamment dans notre container, objets que nous trions, répartissons dans les rayons, étiquetons après avoir défini les prix et remettons en vente pour une deuxième vie » explique la co-présidente Edith Vieille. Le stock est conséquent et régulièrement renouvelé. Pour les 55 bénévoles engagés aujourd’hui, le travail est conséquent pour achalander le magasin qui ouvre au public le 1er mercredi du mois de 14h à 17h30 et le 3ème samedi de 9h à 16h non-stop. Des ventes exceptionnelles viennent parfois s’y ajouter pour une cause particulière. « Une fois payés les frais de fonctionnement du bâtiment dont nous sommes maintenant propriétaires, nous soutenons des actions de solidarité, en priorité localement » . Si l’année 2020 a été très compliquée avec peu de stock, donc peu de ventes lors des périodes où l’ouverture du magasin était possible, 2021 a permis de retrouver une situation satisfaisante avec 130 000 € de dons effectués par Emmaüs Les Fins. Une belle satisfaction pour cette association qui ne compte que des bénévoles et qui espère voir arriver de nouvelles recrues pour les épauler. « Plus que du simple bénévolat, c’est un véritable engagement ! »

De nouveaux locaux à Pontarlier

A Pontarlier, le comité d’amis d’Emmaüs fonctionne lui aussi sans compagnon à demeure mais avec des bénévoles ainsi que 11 salariés, en contrat à durée indéterminée pour la plupart hormis deux en Parcours Emploi Compétences. « Chaque jour, nous comptons en moyenne une cinquantaine de voitures qui viennent déposer divers objets » détaille le président de l’association, Claude Répécaud. A cela s’ajoutent les enlèvements possibles à domicile dans un rayon de 40 kms grâce à trois camions qui sillonnent le Haut-Doubs. « Notre magasin qui ouvre tous les mercredis après-midi et les samedis matin accueille environ 250 personnes à chaque fois » poursuit-il. L’association effectue également diverses prestations pour la collecte des containers de vêtements dans le Haut-Doubs et recycle les objets, vêtements en trop mauvais état ou non fonctionnels. Ces revenus et un volume d’affaires important permettent de financer l’ensemble des emplois ainsi que les charges de fonctionnement. « Nous avons aujourd’hui beaucoup de CDI et nous aimerions aussi proposer plus de contrats permettant de redonner l’envie et le goût du travail en les réinsérant sur le marché du travail » explique le président qui se réjouit du développement qu’Emmaüs Pontarlier va vivre dans les prochains mois. « Depuis quelques semaines après deux années difficiles, nous retrouvons peu à peu les chiffres de 2019. Nous allons donc pouvoir concrétiser dans les mois à venir notre projet suite au rachat de deux bâtiments voisins de nos locaux. Le magasin sera ainsi mieux aménagé et nous pourrons mieux gérer notre stock et mieux accueillir nos clients ».

A Pontarlier, l’achat de nouveaux locaux va permettre de réorganiser le travail.