Rodin et Hugo rassemblés à Besançon

Un moule inédit d'Auguste Rodin a permis de couler trois statues de Victor Hugo dont l’une vient d’être offerte à la Ville de Besançon, ville natale du grand écrivain.

295
Le mécène suisse Léonard Gianadda pose devant le moule en plâtre de 2,10 mètres et de 250 kgs sculpté par Auguste Rodin, représentant Victor Hugo au visage âgé sur un corps nu jeune et musculeux
Un inédit en plâtre découvert au Musée Rodin

Un inventaire réalisé en 2019 au musée Rodin a permis la découverte d’un plâtre en pied de Victor Hugo, jamais édité. 150 ans après avoir été sculpté par Rodin, le mécène suisse Léonard Gianadda, a immédiatement proposé de faire couler trois exemplaires à ses frais.

Il y a quelques mois, le travail est confié aux Compagnons chaudronniers de la Fonderie d’art de Coubertin installée dans la vallée de Chevreuse près de Paris.

Une statue de 2,10 mètres et de 250 kg

Nicolas Surlapierre, Directeur des musées du centre de Besançon parle « d’une vue inédite de l’écrivain, représenté debout en très grand modèle avec à la fois le visage d’un vieil homme et un corps jeune et musculeux ». L’écrivain est octogénaire quand il pose pour Auguste Rodin en 1883. Le sculpteur parle d’un vieil homme « peu coopératif, victime d’un autre sculpteur qui lui avait infligé 38 séances de pose » cite alors l’Illustré.

Les trois bronzes gigantesques, où le corps de Victor Hugo est nu, seront offerts au Musée Rodin et à la Ville de Besançon. Le troisième sera destiné au jardin de la Fondation à Martigny.

Un don inédit qui dépasse les frontières de Besançon

En rencontrant Anne Vignot la Maire de Besançon en juillet 2021, Léonard Gianadda lui explique : « le sculpteur le plus prestigieux au monde a réalisé plusieurs portraits de Victor Hugo et aucun n’est dans la ville natale de l’écrivain. C’est une injustice que je veux réparer ».

La statue sera livrée en octobre prochain. Elle sera exposée au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de la capitale comtoise avant de trouver sa destination finale devant la Grande Bibliothèque au cœur de l’exceptionnel quartier Saint-Jacques dont les travaux ont commencé.

« Les Bisontines et Bisontins seront fiers de faire vivre la naissance d’un immense auteur humaniste et celle d’une œuvre exceptionnelle. Associer les noms de Victor Hugo et de Rodin sera un des grands moments de cette ville du XXIe siècle » a souligné la Maire de Besançon.

Le mécénat ou du bon usage de l’argent

Michel-Ange aurait-il existé sans Laurent de Médicis ? Léonard de Vinci aurait-il eu la capacité d’imaginer, d’innover, de créer sans François 1er ? Le mécénat existe depuis l’Antiquité. Une façon pour les puissants d’utiliser leur influence et leurs moyens financiers pour soutenir des projets culturels ou des artistes.

Laurent Gianadda fait partie de ces puissants. L’ingénieur, promoteur immobilier qui fut aussi journaliste, a fait de sa ville de Martigny (Valais suisse) un haut lieu de la culture.

La Fondation Pierre Gianadda a déboursé 1 million d’euros pour couler les trois statues en bronze. L’argent sert aussi, et plus souvent qu’on ne le pense, à préserver les richesses culturelles et les offrir aux futures générations.

C’est enfin…mais c’est une autre histoire, la démonstration que l’avenir de Besançon se joue dans la proximité avec nos voisins helvètes, tant au niveau économique, culturel que touristique.

Yves Quemeneur