Un défilé du 14 juillet dans la tradition

Le 14 juillet a été fêté en grande pompe à Besançon par les élus et le public. Un défilé le long de l'avenue de l'Helvétie avant un repas au Parc Micaud et pour finir le traditionnel feu d'artifice tiré depuis le Parc des Glacis.

245
Les enfants sensibles au défilé. Respect par le salut aux militaires, pompiers et gendarmes ©YQ

Après deux années de privation, l’avenue de l’Helvétie avait retrouvé musiques militaires, Marseillaise, soldats, pompiers et gendarmes devant tous les élus (ou presque…)

Jean-François Colombet, le Préfet du Doubs, avait réuni élus, administrations, représentants d’associations, presse dans les jardins de la préfecture « la plus belle préfecture de France » selon le Général de Gaulle ©YQ

Déjà la veille, le Préfet du Doubs avait renoué avec la tradition en invitant les maires, élus des collectivités, directeurs d’administration du département dans les jardins de la préfecture (la plus belle de France selon le Général de Gaulle).

2022, une période troublée. L’armée est le rempart de la liberté et de la démocratie ©YQ
A l’applaudimètre, les pompiers sont toujours gagnants ©YQ
les sapeurs pompiers volontaires du SDIS 25 ©YQ
Les gendarmes sont toujours très applaudis par le public ©YQ
Le respect du drapeau demeure une tradition ©YQ
Comme la veille dans les jardins de la préfecture, les jeunes du SNU (Service National Universel) étaient à l’honneur au défilé sur l’avenue de l’Helvétie ©YQ
Anne Vignot, la Maire de Besançon, salue respectueusement les porte-drapeaux ©YQ
Apprentissage de son nouveau rôle de député du Doubs pour Laurent Croizier sous l’œil attentif du sénateur Longeot ©YQ
Eric Alauzet, député du Doubs depuis 2012, a l’habitude des cérémonies du 14 juillet, comme Jacques Grosperrin Sénateur du Doubs ©YQ
Pique nique champêtre dans les jardins du parc Micaud ©YQ
Une foule immense sur la place du marché pour écouter l’orchestre Victor Hugo Franche Comté ©YQ
La vue était imprenable depuis le pont Battant ©

A l’issue du défilé sur l’avenue de l’Helvétie, les élus, parlementaires et toute la population étaient invités à partager un verre dans les jardins de Micaud avant d’aller écouter plusieurs pièces de musique classique sur la place du marché jouées par l’orchestre Victor Hugo Franche-Comté sous la direction de Jean-François Verdier.

La soirée s’est clôturée par un feu d’artifice de belle facture…même si la facture est 20 fois moins salée que pour le feu d’artifice de Paris.

Dans un moment aussi difficile et un avenir aussi incertain, se retrouver ensemble pour fêter la « fête de la Fédération » est un bon signe. En 1790, révolutionnaires et royalistes pouvaient penser à une « royauté parlementaire ». Les plus radicaux en auront décidé autrement avant la « Grande Terreur ». Faisons en sorte que l’histoire ne se réécrive pas à nouveau !

Yves Quemeneur