500 jours après le début de la guerre, les Comtois toujours mobilisés

Un peu plus de 500 jours après le début de la guerre en Ukraine, les Francs-Comtois sont toujours mobilisés pour aider les victimes ukrainiennes du conflit. Reportage.

1024
Déchargement des tables et chevets donnés par le CHU de Besançon à un hôpital en Ukraine. Photographie envoyée par des Ukrainiens.

Créée en mars 2022, l’association apolitique « UKRaide » apporte une aide humanitaire précieuse aux Ukrainiens, frappés par la guerre depuis février 2022. Depuis le début du conflit, une trentaine de camions de 40 tonnes ont été envoyés par « UKRaide », en coopération avec l’association « Les Convois Solidaires » pour ces derniers mois (les deux associations ne se connaissaient pas au début de la guerre).

Parmi les marchandises données, aucune perte n’est aujourd’hui à déplorer, grâce à une excellente organisation. Et pour que tout arrive à bon port, les deux associations dépensent environ 2300 euros par voyage. Pour financer tous ces voyages coûteux, des événements caritatifs sont organisés. Des dons de particuliers et d’entreprises apportent également un soutien essentiel.

Dans les produits transportés en Ukraine, on retrouve des vêtements, de la nourriture, du matériel scolaire, des médicaments, etc.

« Sur le plan plus médical et technique, on envoie grâce à des cliniques, la clinique Saint-Vincent, la polyclinique de Franche-Comté, grâce à des hôpitaux, le CHU énormément, l’hôpital Saint-Ylie de Dole, l’hôpital de Morteau et j’en oublie, on envoie du matériel beaucoup plus spécifique, technique : des couveuses, des respirateurs, du matériel pour des handicapés, des lits, du mobilier d’hospitalisation », explique le docteur Patrice Gayet, président « d’UKRaide ».

Le CHU de Besançon mobilisé

Parmi les hôpitaux de la région, le CHU de Besançon est largement mobilisé. « En juin, ce sont 2 palettes de dispositifs médicaux divers (masques d’anesthésie, bandages, gilets de contention, bandages pour immobilisation de l’épaule, cathéters, seringues…), ainsi que 3 couveuses dont une de transport, 1 ventilateur d’anesthésie et 1 table de réanimation infantile » qui ont été envoyés en Ukraine. Des dons qui font suite à bien d’autres, comme en avril où 58 tables adaptables et 39 chevets pour chambres d’hôpital étaient par exemple confiés aux transporteurs. Du matériel en bon état, plus utilisé au CHU, qu’il est évidemment profitable d’envoyer à des fins humanitaires, plutôt que de le jeter.

Ces dons sont ensuite transportés en Ukraine par les associations « UKRaide » et « Les Convois Solidaires », qui connaissent les besoins sur les territoires.

Toujours des besoins…

Soyons honnêtes, les besoins sont encore nombreux ! « En ce moment, on essaie de beaucoup aider les populations dans les zones inondées récemment par la rupture du barrage de Kakhovka. Il y a de l’eau polluée. On a une action ponctuelle d’achat de matériel pour rendre potable une eau qui ne l’est plus.

Ce qui reste d’actualité toute l’année, ce sont les médicaments non utilisés et bien conditionnés et tout le matériel médical », ajoute Patrice Gayet. Des médecins comtois qui ne trouvaient pas de successeurs ont par exemple donné l’ensemble de leur cabinet à l’association.

À ce jour, plusieurs milliers de Comtois et des dizaines d’entreprises ont déjà soutenu « UKRaide » et « Les Convois Solidaires ». Une belle solidarité !

Pour soutenir davantage les victimes en Ukraine, le docteur Gayet est actuellement en réflexion pour faire venir un cuisinier de renommée internationale le temps d’un repas à Besançon. Affaire à suivre…

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site internet « d’UKRaide » : https://www.ukraide.fr/