Capitaine Yohann Sauget, spécialiste des feux de forêts

Conseiller technique départemental feux de forêt pour le Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) du Doubs, il fait le point sur les risques et les moyens à disposition pour les semaines mais aussi les années à venir.

1165

Vous avez personnellement des souvenirs en la matière ?

J’ai déjà été engagé pour des campagnes dans le Var ou dans les Bouches-du-Rhône mais mon souvenir le plus marquant est à ce jour l’été dernier dans le Jura. Une prise de conscience que ce risque jusqu’ici lointain devenait bien réel chez nous aussi

Le Doubs doit-il vraiment craindre des feux de forêt ?

Le risque est en effet beaucoup plus prégnant qu’il y a quinze ans. A l’époque, tout cela était bien lointain. On imaginait que les feux de forêt ne pouvaient toucher que le sud ou le sud-ouest de la France. Aujourd’hui, avec les sécheresses à répétition, la probabilité de subir de tels incendies dans notre département est non négligeable. On l’a vu l’an dernier dans le Jura et récemment encore dans le massif des Vosges.

Comment s’organise la lutte ?

Nous travaillons sur deux volets, en partenariat étroit avec la préfecture, l’ONF et la Direction Départementale des Territoires. A commencer par une approche préventive. Il faut dans un premier temps évaluer le risque, disposer de données précises pour établir en fonction de cela des mesures barrières afin d’éviter tout départ de feu. Il peut d’agir par exemple d’éviter de moissonner dans certains secteurs à des heures définies ou encore d’organiser des manifestations à certains endroits sur des créneaux horaires où le danger est trop présent.

Quels sont les moyens à disposition ?

Nous disposons en effet de moyens supplémentaires. Par exemple un drone pour effectuer de la surveillance, y compris en cas d’incendie pour mieux organiser la lutte contre les flammes. En termes de moyens terrestres, nous avons actuellement 10 CCF, des camions citernes feux de forêt qui ont des capacités de franchissement et d’autoprotection indispensables. D’ici 4 ans, ils seront 14 dans le département. Nous disposons aussi de 35 CCR, des camions citernes ruraux, eux aussi indispensables pour apporter leur appui lors de potentielles interventions hors chemin sur des feux d’espaces naturels qui englobent également les récoltes et champs. Ils seront une quarantaine dans les 4 ans à venir. A tout cela s’ajoutent des camions citernes grande capacité, des CCGPC qui permettent de disposer d’une importante réserve d’eau. Ils sont équipés de bâches de 12 m3 qui peuvent permettre aux agriculteurs de nous aider en y déversant de l’eau.

Des moyens aériens existent-ils ?

10 hélicoptères sont loués pour la saison au niveau national en juillet et août avec des équipages formés aux feux de forêts. En cas de risque élevé dans l’est de la France, un hélicoptère peut être positionné dans le Jura ou les Vosges, prêt à intervenir si besoin. Il peut également venir des renforts de plus loin si les conditions d’interventions le nécessitent.

Et bien sûr il faut des hommes et des femmes…

Tout sapeur-pompier, professionnel ou volontaire, peut être appelé en soutien lutter contre un feu de forêt. Nous disposons aussi dans le Doubs de 400 personnels spécifiquement formés et prêt à être mobilisés pour armer nos camions. Nous espérons en former encore plus sachant qu’ils sont 40 cette année. Une formation qui se déroule sur une semaine complète afin de connaitre les techniques d’engagement, le positionnement des véhicules, la sécurité, les attaques dans les zones peu accessibles…

Les pompiers du Doubs peuvent-ils être appelés ailleurs en France ?

Oui. La zone de défense qui regroupe la Bourgogne Franche-Comté et le Grand Est coordonne les moyens permettant d’envoyer deux colonnes dans toute la France. C’est-à-dire 2 fois 12 engins avec les personnels nécessaires. Avec une nouveauté cette année : deux colonnes supplémentaires peuvent être mobilisées en interne, donc envoyées dans l’un des départements du secteur comme récemment dans les Vosges.

Quels sont les conseils d’un pompier pour éviter un départ de feu ?

D’abord éviter les comportements à risques comme de faire un barbecue n’importe où dans la nature, de jeter des mégots ou de faire des travaux extérieurs avec point chaud dans un environnement sensible… j’invite aussi la population à suivre un nouvel outil mis en place par Météo France : la météo des forêts qui va en fonction de la sécheresse placer tel ou tel secteur en vert, jaune, orange ou rouge selon le risque de départ de feux.