Chez les Jeunes Agriculteurs du Doubs, une belle année secouée par l’actualité

En pleine préparation des Terres de Jim et avec développement croissant d’adhérents, les Jeunes Agriculteurs se retrouvaient pour leur assemblée générale vendredi 23 février à Pierrefontaine-les-Varans. Devant élus et préfet, les raisons de la colère agricole ont été évoquées sans pour autant masquer les résultats et projets à venir.

447
PHOTO DR

Des sourires, de la joie, des idées pour l’avenir. Au cœur de l’espace des Arcades à Pierrefontaine-les-Varans ce samedi 24 février, l’ambiance dénote totalement avec la colère du Salon de l’Agriculture. Ici, les Jeunes Agriculteurs (JA) sont entre eux, entourés de leurs partenaires et de quelques élus qui en pareilles circonstances, n’ont pu décliner l’invitation.

Même Arnaud Gaillot, président du syndicat au niveau national est présent, malgré les dizaines de sollicitations médiatiques quotidiennes et rendez-vous syndicaux d’urgence. Après avoir réussi à faire venir le Président de la République sur son exploitation à Bouclans au début du mois, l’agriculteur a refusé de se déplacer pour le grand débat agricole voulu par Emmanuel Macron. « Malgré le rétropédalage du gouvernement (sur la vraie/fausse invitation de l’association écologiste Les Soulèvements de la Terre au débat, ndlr) qui montre une forme d’amateurisme, les conditions n’étaient pas réunies pour un tel rendez-vous. Nous avons obtenu des réponses et engagements, mais ce n’est pas suffisant. »

Les critiques plus pressantes ont démarré au moment d’établir un bilan chiffré des différentes filières. Avec une centaine de nouvelles installations, le département compte 33% de femmes, et 63% d’installations hors cadre familial. « Avec un lait standard dont le prix de base est d’environ 460 € pour les 1000 litres, nous avons connu une baisse en début d’année 2023 de près de 30€ alors qu’en grande surface le prix lui, n’a pas bougé. On peut se demander où est passé l’argent », lance Aurélien Bonnefoy, président des JA dans le canton d’Audeux, aux élus et préfet présents.

Prédation : des attaques plus dévastatrices

Si dans l’ensemble les revendications restent similaires à celles au niveau national, les éleveurs du Doubs se concentrent davantage sur la question du loup. Avec 25 attaques en 2023, 19 bovins ont été tués et 16 blessés. « À chaque attaque, ils mangent 150 kgs de viande. Ça prouve que la meute se développe. Cette année est un moment charnière pour nous avec le nouveau Plan National du Loup (PNA), que l’on attend depuis trop longtemps. », commente Loïc Scalabrino. Au même moment à Paris, le gouvernement présentait son PNA 2024 – 2029 avec à l’intérieur une première simplification des modalités de tir, une meilleure indemnisation et des outils techniques supplémentaires, comme la vision nocturne. Loin d’être suffisant pour les agriculteurs, tandis que les défenseurs de l’animal jugent que le gouvernement se sert du sujet pour rétablir les bonnes relations avec les syndicats agricoles.

1000 bénévoles pour les Terres de JIM

Le grand événement des JA reste en 2024 la finale nationale du concours de labours, prévue à Mamirolle et Le Gratteris les 6, 7 et 8 septembre. Les différents présidents de commissions ont officiellement été présentés ce 23 février et l’organisation attend jusqu’à 100 000 personnes, dont Emmanuel Macron et Marc Fesneau. Un rendez-vous historique qui nécessite du monde : les jeunes agriculteurs sont à la recherche de 1000 bénévoles pour gérer l’événement avant, pendant et après. Pour s’inscrire contactez terresdejimbenevoles2024@gmail.com