Christine Bouquin

La présidente du Conseil Départemental du Doubs souhaite que le Label Terre de Jeux 2024 soit ici un vecteur fort pour l’inclusion par le sport. La collectivité agit pour que les personnes en situation de handicap puissent avoir accès à un maximum de disciplines. Comme tout le monde

196
Le sport permet de changer notre regard sur le handicap. Les différentes pratiques dans les clubs permettent d’intégrer les personnes en situation de handicap.

Que représente pour vous l’inclusion par le sport ?

Le sport est un formidable facteur d’insertion à tous les niveaux. Insertion sociale, insertion professionnelle et aussi ne l’oublions pas, un facteur d’insertion pour les personnes en situation de handicap. Trop longtemps, le sport pour les personnes handicapées est resté à la marge. Aujourd’hui, à l’aune des Jeux de Paris 2024, la société voit désormais tous les athlètes à part entière. Le sport permet de changer notre regard sur le handicap. Les différentes pratiques dans les clubs permettent d’intégrer les personnes en situation de handicap. Dans les différentes conventions que signe le Département du Doubs, je demande à ce que des actions de sensibilisation au handicap soient mises en place.

Le Département Terre de jeux 2024…quelle est l’utilité de ce label ?

Le Département du Doubs a été l’un des premiers à obtenir ce label. Paris 2024 a tout de suite compris que nous serions actifs sur ce dossier avec des actions sur tout le territoire. Le dispositif « Partageons nos sports » dès sa mise en place en 2019 se concrétise par 24 actions. Cela va de la sensibilisation du parasport dans les collèges, avec de nombreuses initiations au goalball par exemple, à l’accompagnement des manifestations handisport. Jusqu’aux Jeux Olympiques et Paralympiques, nous organisons des journées sportives dans le département. La première se déroulait à Rougemont début mai et cela a été un véritable succès !

 Concrètement, que fait le Département sur le terrain ?

J’aimerais vous parler d’une action dont je suis particulièrement fière : la création d’un poste de référent sport au sein de la MDHP (Maison départementale des personnes handicapées). Notre référent Adrien a pour mission de faire le lien entre les associations sportives et les personnes en situation de handicap. Préalablement, il a contacté tous les clubs pour savoir quelles offres étaient proposées pour le public handi. Ce qui lui permet aujourd’hui de proposer une activité, l’adhésion à un club, et même les propositions de transports aux personnes en situation de handicap. Nous sommes le premier Département à faire cela et c’est un véritable succès. Plus de 150 personnes en situation de handicap ont débuté une activité sportive grâce à ce dispositif ! C’est une vraie fierté pour nous !

Parlez-nous de Gwendoline, nouvelle marraine du dispositif ?

Je tiens tout d’abord à le dire, Gwendoline est une jeune femme exceptionnelle. Pétillante, lumineuse ! Je l’ai rencontrée longuement quand nous l’avons recrutée au Département au sein du service sport, culture. Gwendoline est malvoyante et membre de l’équipe de France de goalball. Elle sera, je l’espère, présente aux Jeux Paralympiques avec l’équipe de France à Paris. Elle s’entraine dur pour cela. Nous aménageons son emploi du temps afin qu’elle puisse s’entrainer et participer aux compétitions avec les bleues. En tant que marraine « Partageons nos sports », elle va rencontrer les jeunes sportifs et les sensibiliser au parasport.

Un message pour les personnes handicapées qui pensent que le sport ce n’est plus pour elles ?

Rien n’est impossible c’est ma devise ! N’ayez pas peur de vous lancer et ne craignez surtout pas le regard des autres, des structures existent pour vous accueillir. La société évolue et le sport suit ce changement de mentalité alors lancez-vous et n’hésitez pas à nous contacter afin que nous puissions jouer les facilitateurs. « Partageons nos sports » et notre passion pour le sport !