Comme un lundi : Poste de surveillance

244

L’un de mes acteurs préférés s’exprime dans le poste populiste et traite de minables
ceux qui essayent de briller sur les réseaux c’est-à-dire tout le monde, l’un des
réalisateurs de ma jeunesse écrit une tribune un dimanche dans un journal qui a
changé l’odeur de son papier, l’un de mes copains auteur de romans va faire sa
promo dans une ville dirigée par l’ex-beau-fils d’un leader politique condamné pour
apologie de crimes de guerre et contestation de crime contre l’humanité et ça ne le
gêne pas, dans les stades des abrutis essayent d’être rois, dans une émission de
radio créée pour faire rire un humoriste fait une blague pas drôle sur Netanyahou et
récolte de la haine alors qu’on était tous Charlie qui a fait bien plus drôle et bien
moins drôle, un bistrot me refuse une place au chaud si j’utile mon ordinateur (bientôt
on ne pourra plus lire ou passer trop de temps à parler dans les cafés), des
prédateurs sexuels nationaux identifiés courent toujours, un groupe de presse a
envisagé de se servir du gros Chat GPT et nous prend pour Grosminet, tous ces
gens qui savent tout sur tout et qui ne font rien tellement ils sont occupés à briller sur
les réseaux sociaux le cerveau bouilli, et puis les mêmes souvent qui se débrouillent
pour trouver des excuses aux terroristes, « c’est pas un État, miaou… ».

Je mélange tout, comme tout le monde oui, notre civilisation est devenue un robot mixeur
multifonction au QI d’un œuf dur, on est broyé dans la normalité et l’anormalité en
même temps.

Comme toi sans doute, je rêve d’un monde où la violence aurait disparu, où les religions ne regarderaient que ceux qui les pratiquent. Comme toi sans doute, je me demande pourquoi ces mêmes religions prennent autant de place, et pour parler de tout ça pourquoi tant de dégénérés prennent la parole. Liste des contrariétés non exhaustives, m’a dit ma voisine l’autre jour en versant, satanique, ses déchets du week-end dans notre compost. Puis elle a ajouté : Heureusement des aurores boréales aux reflets rose et rouge ont illuminé le ciel franc-comtois. Quoi d’autre ? Des tonnes de bonheurs et de malheurs, le quotidien, la vie d’être humain.

Je vais faire un post.

Éric Genetet