Doubs. À Chambray, l’ESBF voit s’éloigner l’Europe

En s’inclinant 27-26 dans les derniers instants, l’ESBF grille une cartouche supplémentaire dans sa quête de l’Europe. Les espoirs s’amenuisent et les bisontines n’ont plus gagné en championnat depuis trois matchs.

884
L'exclusion de Pauline Robert a changé la rencontre. Crédit : Yoan Jeudy

C’était l’une des dernières chances de se maintenir dans la course au top 5, synonyme d’Europe. Surprises par Mérignac fin janvier, rattrapées par Dijon la semaine passée, les bisontines se déplaçaient à Chambray avec l’objectif de retrouver la victoire et recoller à l’adversaire du soir au classement. Finalement, les locaux ont aujourd’hui six points d’avance.

Robert exclue, le tournant du match

Après un début poussif où Chambray compte un avantage de quatre buts, (8-4, 13’), l’ESBF se réveille et mène à la mi-temps (11-13). La rencontre bascule après 11 minutes en seconde période, moment où Pauline Robert écope d’un carton rouge pour une troisième sanction de 2 minutes. Jusqu’ici, la capitaine permettait à Besançon de rester dans le match, tout comme Clarisse Mairot qui continue le boulot avec une égalisation bisontine à la 24e (24-24). Chambray se retrouve en infériorité (2 min pour Lucie Modenel), Mairot encore elle en profite et permet à l’ESBF de prendre la tête. On commence à croire à une victoire bisontine grâce à cette supériorité numérique… jusqu’aux derniers instants où Laurie Puleri (Chambray), punit Besançon par deux fois quand Cusset et Wajoka manquent leur tir (27-26).

Comme l’an passé, l’ESBF est condamnée à une incroyable série de victoires pour espérer décrocher l’Europe. Une mission qui arrive au moment où le calendrier est déterminant : il y aura d’abord deux réceptions, celle de Paris 92 (4e) le 24 février puis Nantes (3e) le 9 mars avant d’enchaîner avec une victoire obligatoire à Plan-de-Cuques (6e), le 13 mars, seule équipe du top 7 que Besançon a pour le moment battu cette saison…