Doubs. À Pirey, le maire attend toujours la fibre

L’opérateur Orange s’était engagé à raccorder la commune de Pirey à la fibre dans sa globalité à compter du mois de décembre 2022. Six mois après la date butoire, 15 à 20% des habitations n’ont toujours pas de très haut débit. Une situation qui agace la mairie.

478
Photo d'illustration.

Dans son bureau, Patrick Ayache fulmine. La question de la fibre est un sujet sensible pour le maire de Pirey. À plusieurs reprises, l’élu a essayé de joindre l’opérateur Orange qui gère l’installation de la fibre sur différentes communes du Grand Besançon. « À ce jour le déploiement de la fibre est à l’arrêt ! », écrit Patrick Ayache dans un communiqué de presse rédigé il y a deux semaines. « Alors qu’il y a encore quelques mois il nous était promis une couverture totale au plus tard à la fin de l’année 2022, force est de constater que plus de 15 % de nos habitations ne sont toujours pas raccordées. »

Patrick Ayache a donc cherché des réponses lui-même face au désarroi de certains habitants. « J’ai appris qu’Orange avait un contrat avec une filiale du Groupe Eiffage pour les travaux. Ce contrat a semble-t-il été rompu sans être remplacé. Donc il n’y a plus de travaux dans des rues importantes y compris celles qui viennent d’être refaites comme la rue des Vignerons. Je trouve ça scandaleux surtout à une période où le télétravail est essentiel. » L’élu espère obtenir des explications rapidement cette fois de la part du directeur général d’Orange.

Contactée, l’entreprise n’évoque pas les mêmes raisons que le maire et tente de nuancer. « Actuellement 90% des foyers de la commune ont été travaillé par Orange. La notion de « logements travaillés » prend en compte les 1036 logements éligibles à la fibre optique ainsi que les 25 refus tiers. Les refus tiers signifie qu’Orange a fait le maximum du déploiement mais que nous n’avons pas la possibilité d’aller plus loin pour divers raisons. Si la situation se débloque Orange sera en mesure de rendre éligible le logement collectif par exemple. », écrit le service de communication évoquant deux types de problèmes courants :  d’une part le refus ou la non-réponse d’un propriétaire pour installer un point de branchement sur sa façade. De l’autre, un refus ou une non-réponse d’un syndic ou bailleur d’un logement collectif pour installer un point de branchement au sein du bâtiment. « La volonté d’Orange, est bien entendu, de poursuivre ce déploiement sur le Grand Besançon comme sur la commune de Pirey ».

M.S