Doubs. Champion de France, le combattant Pierre Pequignot rêve du monde pro

À 27 ans, Pierre Pequignot est devenu champion de France de kickboxing en -91kg, classe B. Une performance qui pourrait lui ouvrir les portes du monde professionnel. D’autres bisontins ont également décroché une médaille à Bondy.

351
Photo DR

En passant les portes du FightClub Fitness à École-Valentin en 2016, Pierre Pequignot ne pensait pas devenir un compétiteur, encore moins remporter une médaille. « Je venais pour découvrir le kickboxing, rien de plus. Finalement mon coach m’a proposé d’aller plus loin et à force de travail, je suis récompensé. ». À Bondy pour ce premier week-end de février, les meilleurs combattants amateurs se retrouvaient pour les championnats de France organisés par la FFKMDA.

Victoire par KO en finale 

Les sports de combat ont encore du retard dans l’hexagone contrairement aux pays voisins. Si le buzz créé autour du MMA ces dernières années a redonné un coup de boost aux différentes pratiques, les combattants sont encore rares, notamment en Franche-Comté. « Beaucoup de gens pratiquent mais peu tentent la compétition. En -91kg, je n’ai pas d’adversaire dans la région, c’est un énorme désavantage quand tu arrives aux championnats car tu n’as pas autant d’expérience que les adversaires d’Ile-de-France par exemple. »,analyse Pierre Pequignot. Après une demi-finale acharnée où le bisontin est déclaré vainqueur aux points, Pierre Pequignot débarque en finale avec l’envie de prendre sa revanche sur 2022. « J’ai sacrifié mon corps, il n’y avait plus de blessures, plus de problèmes, juste la victoire en tête. J’ai passé un enchaînement de 30 coups pour le faire plier. », poursuit le combattant, provoquant le ko technique de son adversaire au 2e round (un combat se déroule en 3 rounds de 2 minutes, ndlr). Une victoire, un titre et l’envie d’aller encore plus haut dans les années à venir.

Outre Pierre Pequignot ( à droite, Côme Latger et Janelle Manger Vernier ont aussi obtenu une médaille de bronze en -61kg. Photo DR

Après le kickboxing, le bisontin espère participer et décrocher le même titre en K-1, discipline où en plus des poings et des jambes comme au kickboxing, l’utilisation des genoux est autorisée. « J’aimerais passer professionnel pour découvrir mes limites et porter très haut les couleurs de Besançon. Que l’on sache à chaque victoire que je suis un combattant bisontin, je suis très attaché à ma ville ». Outre Pierre Pequignot, le club du FightClub Fitness s’est aussi déplacé à Bondy avec trois autres athlètes : à 17 ans, Janelle Manger Vernier a décroché une médaille de bronze chez les femmes en -61kg. Même catégorie et même résultat chez les hommes pour Côme Latger. Une récompense pour le club et ses entraîneurs Alexandre et Rémy Lamy.