Doubs. Le match retour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen

Arrivé en tête dans le Doubs avec 27,55% des suffrages, le président sortant Emmanuel Macron retrouvera la candidat du Rassemblement National au second tour des élections présidentielles. Avec 24,07% Marine Le Pen conserve son socle d'électeurs. Les partis historiques, LR et PS, se sont fait balayer partout.

64
Les élections présidentielles en France se dérouleront en avril 2022

Au soir du premier tour de l’élection présidentielle ce dimanche 10 avril, le Doubs comme la France entière a décidé de jouer le match retour annoncé depuis cinq ans entre Emmanuel Macron (LREM) et Marine Le Pen (RN).

Marine Le Pen conserve un socle solide

Contrairement à 2017, c’est bien le président sortant qui est arrivé en tête sur notre territoire avec 27,5% des suffrages, cinq points de plus que lors de sa première élection. Derrière, la candidate du Rassemblement National fait mieux qu’en 2017. Avec 24,07% des suffrages, Marine Le Pen conserve son socle d’électeurs ancrés dans les nombreuses petites communes du Doubs.

Les Républicains balayés

Géographiquement, le Rassemblement National est arrivé en tête dans la majorité des communes entre Besançon et Montbéliard, talonnant Emmanuel Macron dans les villages du Haut-Doubs. Ce duel aura littéralement balayé Valérie Pécresse et les Républicains d’un territoire pourtant historiquement derrière la droite française. Maigre consolation, la candidate arrive en tête à Montjoie-le-Château et Longevelle-lès-Russey. Deux bureaux de votes, pour 16 électeurs. Un résultat à l’image de son score sur l’ensemble du département : 5,45%. En 2017, son prédécesseur François Fillon terminait sur le podium avec 21% des suffrages.

Mélenchon en tête à Besançon et Montbéliard

Le Rassemblement National recule à mesure que le nombre d’habitants d’une commune augmente. À Pontarlier et Morteau, c’est Jean-Luc Mélenchon (LFI) qui arrive derrière Emmanuel Macron avec 20,9% et 18,8% des voix. Un score similaire à celui sur l’ensemble du département (20,06%). Le président sortant est loin devant avec plus de 32% des suffrages dans les deux communes.

Celui qui fit toutes ses études à l’Université de Besançon (licence de philosophie obtenue en 1972) est resté en Franche-Comté jusqu’en 1978. Est-ce cette histoire bisontine qui a poussé 32,31% des votants de Besançon à glisser son bulletin dans l’urne ? Un score similaire à Montbéliard où le candidat LFI termine à 29,85%.

Les deux représentantes de « l’aristocratie politique » qui gère la France depuis plus de 60 ans ont été laminées par les électeurs de Besançon : 4,44% pour Valérie Pécresse et pire, dans un fief socialiste jusqu’en 2017, Anne Hidalgo ne réalise que 2,18%.

« Nous avons été battus par le vote utile à gauche », explique Anne Vignot et les élus écologistes de la mairie de Besançon. Leur candidat, Yannick Jadot, recueille à peine plus de 3 000 voix (6,39% des votes exprimés).

Quelques milliers de votes pour les petits candidats

Le très médiatisé Éric Zemmour ne passera pas le premier tour. Il enregistre 19 486 votes dans le Doubs, soit 7% des voix, le même score qu’au niveau national. Avec 3.14% et 2.81% sur notre territoire, Jean Lassalle et Nicolas Dupont-Aignan arrivent en tête dans une commune chacun : Le Crouzet pour le premier, Rondefontaine pour le second.

Il reste une semaine aux deux finalistes pour convaincre…certains électeurs à voter contre leur gré…à d’autres tout simplement à aller voter !

Y.Q et M.S