Doubs. Un Ultra-Trail des Montagnes du Jura puissance 4 !

L’UTMJ est devenu en quelques années l’un des événements sportifs majeurs du territoire et les organisateurs présentaient la 4e édition ce mercredi 15 mars à la Citadelle de Besançon. L’occasion d’annoncer la création de deux nouvelles épreuves.

855

C’est un événement éponyme. Un rendez-vous dont le nom est aussi celui de l’épreuve reine : l’ultra-trail des Montagnes du Jura. Une course traversant trois départements français, deux pays, sur un parcours de 175 kilomètres en trois jours. Un défi surmontable pour seulement quelques dizaines de coureurs chaque année. Ils étaient 64 l’an passé à franchir la ligne d’arrivée avant la barrière horaire des 51 heures. Le Haut-Savoyard Johan Fernandez, vainqueur des éditions 2021 et 2022 avait fait le déplacement pour cette présentation officielle de l’édition 2023, mercredi 15 mars.

L’ultra-trail pour tous

Cette année, l’ultra-trail des Montagnes du Jura prévoit 7000 mètres de dénivelé positif. La plus longue course du rendez-vous peut accueillir jusqu’à 500 sportifs. Conscients de l’ampleur de la difficulté de ce type d’épreuves les organisateurs ont décidé de créer une première nouveauté en 2023 : l’ultra-trail en relais. « On veut rendre accessible le grand parcours à un plus grand nombre de personnes », souligne Éric Picot, directeur de l’UTMJ.  Sur le même parcours, des équipes de 2 à 6 coureurs pourront se passer la main à chaque point de ravitaillement. « La balise sert de relais et les équipes conservent le même dossard. Le groupe doit être obligatoirement mixte et peut se passer le relais autant de fois qu’il le souhaite, il faut juste le faire sur un point de ravitaillement ».

Autre nouveauté, la course « Chamois ». Dix kilomètres au départ des Granges Raguin avec moins de dénivelé. « Ça permet à tout le monde de pouvoir faire l’UTMJ même si ce n’est pas la grande épreuve. On s’est rendu compte que la « Lynx » (20 kms, 900 D+) était un peu trop costaud pour les néophytes. C’est l’ambiance UTMJ sur un format beaucoup plus accessible ! » sourit Eric Picot. 

Une notoriété à confirmer sur les courses

Élargir un peu plus encore le programme d’un rendez-vous dont l’ambition est de bousculer les gros ultra-trails déjà en place. « On a posé l’événement dans la cour des grands dès la première année, on veut maintenant monter en puissance rapidement y compris en nombre de participants. On a commencé en pleine période de crise sanitaire ça n’a pas aidé. L’an dernier il y avait plus de 2000 coureurs, il faudrait au moins le double de participants pour confirmer une notoriété que nous avons déjà avec tous les moyens techniques mis en place. Si possible dès cette année. »

Pour répondre à la demande internationale, l’UTMJ a d’ailleurs lancé son site internet en anglais, allemand et espagnol. Dans les montagnes du Jura, les 900 communes concernées par le rendez-vous vont dès le mois de printemps organiser les premières courses UTMJ Kids.

Conscient que l’UTMJ est encore jeune, l’organisation veut confirmer cette montée en puissance en la professionnalisant d’une part sans pour autant perdre l’ancrage local. « On sait qu’il faut entre trois et cinq ans pour trouver le rythme de croisière d’un tel événement. Nous n’étions que des bénévoles au départ, tous motivés par la même envie de créer une compétition sportive internationale dont les retombées médiatiques et économiques profiteraient à tout un territoire. Les montagnes du Jura offrent un immense terrain de jeu qu’il faut savoir utiliser. »

M.S