Édito. J’ai pensé à votre cul

400

Cela peut paraître fou. Pour la première fois, cette année les animaux présents sur les comices du territoire ne seront pas lavés à l’eau potable, pour des questions d’économies et de restrictions. Ironiquement, « démagogiquement » à l’annonce de cette information, j’ai pensé à mon cul et au votre accessoirement. Tous les jours nous allons aux toilettes pour un besoin naturel et nous consommons de l’eau potable pour cela. Pire en 2016 l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement révélait que chaque français consommait en moyenne près de 150 litres CHAQUE JOUR d’eau potable mais que seulement 1% était bue ! Si j’étais en roue libre je dirais même : « cette année on préfère donc utiliser de l’eau potable pour notre m*** plutôt que pour des animaux. »

Alors évidemment c’est un exemple démagogique, le réseau de distribution d’eau ne faisant pas la différence entre les WC et le robinet de la cuisine, question de sécurité sanitaire. L’hypocrisie humaine reste tout aussi frappante et sous nos yeux. Certaines communes du Haut-Doubs et du Haut-Jura sont désormais alimentées en camions citernes chaque été face à la pénurie quand dans le même temps, la vente de piscine privées poursuit son ascension : +30% en 2021 comparé à 2020, alors que le fisc français grâce à l’intelligence artificielle vient de découvrir 20 000 piscines non déclarées dans l’Hexagone.

Évidemment le choix fait pour les comices est une bonne mesure, même s’il a fallu attendre une pénurie d’eau potable pour se rendre compte que nettoyer des vaches à l’eau du robinet pour un concours de beauté, c’était – un peu – de l’abus. Les rendez-vous populaires des agriculteurs resteront pour autant de belles fêtes. Impatient d’y croiser des vendeurs de piscines !