Edito. Rebelles écervelés

498

En observant l’action menée par l’association Les Convois Solidaires pour apporter de l’aide aux Ukrainiens (voir page Besançon/Pontarlier), on ne peut s’empêcher de penser aux artisans et chefs d’entreprises. Durant plusieurs jours chacun met de côté son travail pour aider un maximum, tentant au passage de faire changer les mentalités. Ce n’est pas sans risque.

Stéphane Ravacley est avant tout un boulanger doublement touché par la guerre en Ukraine. Chaque heure passée à aider l’association est aussi une heure de travail en moins. Le prix de vente de ses produits a augmenté face à l’inflation du blé dont la production ukrainienne et russe représente presque la totalité des exportations mondiales. Avant de peut-être repartir en Pologne, l’humaniste veille d’abord à renflouer les caisses et payer ses salariés.

D’autres en France tentent de faire changer les mentalités d’une autre manière bien étrange. Dans le Morbihan, l’association Extinction Rebellion a appuyé une autre association locale pour stopper un convoi transportant près du blé ce samedi 19 mars. Une production destinée à une usine voisine d’aliments pour bétail. Sauf que la cinquantaine d’activistes a vidé plusieurs des milliers de tonnes sur les rails. Une manière selon eux de lutter contre l’agro-industrie et le système d’élevage hors-sol.

L’AFP précise que le préjudice est estimé à 2 millions d’euros. Intercéréales fait les comptes dans un communiqué expliquant qu’il s’agit « de 6 millions de baguettes de pain ».

Du blé gaspillé alors que son prix atteint les 380€/tonne ce mercredi 23 mars. Un chiffre qui pourrait rapidement provoquer une crise et une famine dans les pays les plus dépendants du globe.

Cette « action » a évidemment fait bondir Stéphane Ravacley et certainement tous les autres boulangers de France. Pire, les activistes pensaient en réalité s’attaquer à une cargaison de soja. A l’instar des convois solidaires, cette action aura au moins réussi à mettre tout le monde d’accord. Mais contrairement à eux, elle était complètement stupide. Des poursuites judiciaires ont été engagées.