Football : un final à suspens en National 3…

C’est un scénario que n’aurait pas renié Alfred Hitchcock lui-même : du suspens, du stress, de la pression et une issue qui pourrait bien garder son secret jusqu’à la toute dernière minute. La fin de saison du championnat de National 3 s’annonce passionnante et haletante. Petit état des lieux de nos clubs locaux…

438

C’est bien connu, pour réussir un bon casting il faut tout d’abord une tête d’affiche. Et ce rôle, les joueurs du Racing Besançon l’ont endossé sans se poser de questions depuis le début de la saison. Une entame de championnat « gargantuesque » qui les as vu empiler les victoires avec un appétit féroce et sans partager la moindre part de gâteau avec leurs adversaires. 

Actuellement leaders du classement du groupe Bourgogne Franche-Comté, ils possèdent encore 5  points d’avance sur leur premier poursuivant et peuvent regarder l’avenir avec sérénité. Mais attention tout de même, ce matelas de sécurité est un peu moins confortable depuis quelques semaines et  s’ils veulent être invités au festin final, qui leur ouvrira la porte de l’étage supérieur, il leur faudra rester concentrés et sérieux jusqu’au dernier match.

Sérieux et concentration, ce sera sans doute aussi le mot d’ordre pour le Besançon Foot dans les semaines à venir. Installé  confortablement en milieu de classement, le 2e club de la ville navigue dans des eaux plutôt calmes actuellement, avec le retour de Carl Frascaro à la présidence. Seule petite ombre au tableau, l’équipage, fortement remanié en début de saison, est capable de coups d’éclats mais il manque parfois de régularité et a dû revoir ses ambitions à la baisse. 

Le Haut-Doubs regarde vers le bas

On part du côté de Pontarlier maintenant avec des conditions de navigation un peu plus agitées pour le club local depuis quelques temps. Pas encore de quoi craindre le naufrage car les Pontissaliens possèdent dans leur cale quelques précieux points d’avance sur la zone rouge mais les matelots du Haut Doubs n’ont plus vraiment le droit à l’erreur de cap dans les semaines à venir s’ils ne veulent pas voir leurs poursuivants revenir dans leur sillage.  Bref ils seraient bien inspirés de hisser rapidement la grand voile afin de  s’éloigner d’une possible zone de turbulences.

Une zone dans laquelle se trouvent depuis plusieurs semaines deux équipes en grande difficulté : Morteau Montlebon et Valdahon Vercel. Respectivement avant dernier et dernier, les deux navires sont pris en pleine tempête mais tous deux rêvent encore d’un printemps salvateur. Et dans cette mer démontée, les deux capitaines de navire ne veulent pas baisser les bras. Du côté de Valdahon Vercel par exemple, pas question de céder à la panique « Notre sort est presque scellé même si nous gardons encore une lueur d’espoir de maintien,  mais si nous sommes rétrogradés en fin de saison, la terre ne s’arrêtera pas de tourner » précise Philippe Levacher, le président du club. « C’était notre première saison en National 3 et nous avons navigué à vue car nous sommes « petits » pour ce niveau là. Mais quoi qu’il arrive, nous garderons nos valeurs et la dynamique du club ne sera pas remise en cause. Nous venons de recevoir le Label Jeunes, qui est une très belle récompense pour nos éducateurs. Nous avons aujourd’hui 442 licenciés et nous sommes fiers notamment d’aligner des équipes féminines dans toutes les catégories d’âge à partir des U11. C’est très très rare et cela nous incite à poursuivre notre politique de formation. D’ailleurs la moitié de l’effectif de notre équipe de National 3 est constituée actuellement de jeunes formés au club et ça aussi c’est une grande fierté… ».

« L’idée c’est vraiment de former des jeunes »

Même son de cloche du côté de Morteau Montlebon, actuel relégable. «Nous sommes dans une position défavorable c’est clair et nous espérions mieux en début de saison… »  Souligne Fabien Bez le président du club. « Nous avons apporté des retouches à l’effectif à l’intersaison mais l’idée c’est vraiment de former des jeunes à l’interne. Donc nous manquons forcément d’expérience notamment lors des matchs contre les grosses écuries de la poule mais c’est comme ça et il faut l’accepter. Nous avons encore un espoir de maintien car nous avons 6 matchs à jouer à domicile et nous allons tout faire pour rester en National 3… Mais le plus important pour nous c’est la bonne santé du club avec ses 480 licenciés et une trentaine d’équipes qui jouent chaque week-end. Nous sommes un club familial et nous souhaitons le rester… ».

Fin du suspens pour tous les pensionnaires de National 3, le 4 juin prochain…

Bernard Portugal