Galeries Lafayette : pour Besançon et Belfort, la décision sera connue le 20 mars 

D’abord refusé, le plan de continuation présenté par Michel Ohayon a finalement été accepté par le groupe Galerie Lafayette, moyennant plusieurs changements. Le tribunal de commerce de Bordeaux a donc mis en délibéré au 20 mars sa décision concernant ce nouveau plan. À Besançon et Belfort les salariés doivent encore attendre.

241
Les Galeries Lafayette de Besançon poursuit son activité après la validation du plan de continuation - photo d'archives ©YQ

Une nouvelle stratégie basée sur un apport financier direct, des négociations et pressions du ministère de l’économie, voilà en partie comment Michel Ohayon a réussi à convaincre ses créanciers et encore gagner du temps auprès du tribunal de commerce de Bordeaux. Ce dernier devait se prononcer sur l’avenir du plan de sauvegarde présenté par Hermione People&Brand, à la tête de 26 boutiques Galeries Lafayette le 14 février puis finalement ce mercredi 21 février.

Une semaine au cours de laquelle Michel Ohayon a changé de plan pour convaincre son principal créancier, le groupe Galerie Lafayette, de le suivre. Dans un premier temps, l’homme d’affaires proposait la fermeture du magasin de Pau, le licenciement de 25 salariés et demandait à ses créanciers de renoncer à 70% de leur dû, les 30% restants versés sur les dix prochaines années. « Irréaliste », selon le groupe des Galerie Lafayette, qui gère la logistique et occupe le rôle de centrale d’achats pour ses franchisés. À huis clos ce mercredi 21 février, Michel Ohayon s’est alors engagé à verser un total de 9 millions d’euros dont 3,5 millions immédiatement. La filiale Hermione People & Brand a également révisé ses perspectives de croissance à la baisse, de 11 % à 4 % et un taux de commissionnement revu dans deux ans.

Suite à ce revirement, le tribunal de commerce de Bordeaux a mis en délibéré au 20 mars sa décision concernant le plan de continuation des 25 Galeries Lafayette, dont Belfort et Besançon. Une annonce qui n’a toutefois pas rassuré les salariés et syndicats. Ce plan de sauvegarde a été initié il y a pile un an et l’endettement des 26 magasins détenus par Michel Ohayon et sa filière Hermione People&Brand s’élevait à 153 millions d’euros.

M.S