Haut-Doubs. A Levier, les recettes forestières baissent comme partout

Que deviendront les forêts du Haut-Doubs dans les années à venir ? Le processus de disparition de ses espèces emblématiques s’accélère. Les communes s’interrogent donc légitimement.

367
Les forêts se parent de couleur dorée, mais l'automne n'y est malheureusement pour rien.

L’état des forêts est une grosse inquiétude en particulier pour les communes qui subissent les conséquences des sécheresses à répétition et plus généralement du réchauffement climatique. Beaucoup d’arbres se trouvent fragilisés donc la moindre attaque de scolytes par exemple pour les épicéas leur est fatale. On le constatait auparavant dans les zones de plaines et sur les premiers plateaux mais le phénomène existe aussi désormais au-delà de 1000 mètres. Les sapins qui ont besoin d’humidité subissent eux aussi un dépérissement.

« Le phénomène devient exponentiel »

La commune de Levier, qui compte 350 ha de forêt n’échappe pas à ce constat : « Le phénomène était encore assez mesuré ces trois dernières années mais là, on constate que ça devient exponentiel » déplore le maire Marc Saulnier.
Si la part des ventes de bois était par le passé d’environ 150 000€ par an, il a fallu accepter une première baisse afin d’être solidaire entre communes forestières et éviter d’engorger le marché : « Nous sommes désormais à environ 50 000€ par an ».
Pas de quoi déstabiliser financièrement une collectivité comme Levier mais d’autres plus petites souffrent et doivent renoncer à des projets. « Nous devrons forcément réfléchir à implanter d’autres essences pour remplacer sapins et épicéas » poursuit l’élu qui acte ainsi la fin d’une époque que les spécialistes vont devoir pallier rapidement.
« C’en est fini de cette monoculture, il faut diversifier mais quid de notre modèle d’exploitation forestière ensuite ? La filière saura-t-elle s’adapter si demain hêtre, chênes et autres espèces deviennent majoritaires ? ». Les questions sont nombreuses et du côté de Levier, le maire est attentif à ce tournant écologique et économique de plus en plus proche.